samedi,19 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: l'administration de fortes doses d'Artotec et d'Oxytocine par «Elie de Dieu»,...

Gabon: l’administration de fortes doses d’Artotec et d’Oxytocine par «Elie de Dieu», cause du décès de sa victime

C’est ce qu’a avoué Dueshlr Jhennil Bissagou-Bissagou alias « Élie de Dieu » durant l’interrogatoire qui a précédé son placement sous mandat de dépôt, devant le parquet de la République le mercredi 29 juillet dernier. En effet, confondu avec les rapports d’autopsie, le présumé meurtrier aurait révélé qu’il avait administré de très fortes doses d’oxytocine et d’Artotec à sa copine, pour interrompre la grossesse de 5 mois qu’elle portait. Des injections qui ont finalement causé le décès de la victime qu’il va ensuite dépecer, révèle L’Union

Il y a quelques jours encore ce n’étaient que de simples supputations. Dorénavant c’est un élément probant et manifeste. le mis en cause « Elie de Dieu » est finalement passé aux aveux.  Selon notre confrère l’Union, après avoir nié en bloc une possible tentative d’avortement qui aurait mal tourné, Dueshlr Jhennil Bissagou-Bissagou alias « Élie de Dieu » se serait rétracté devant les preuves évidentes.

En effet, lors de l’interpellation du présumé assassin le samedi 18 juillet dernier, les agents de forces de l’ordre avaient découvert et saisi une forte quantité de médicaments. Il s’agit de l’oxytocine injectable, du paracétamol comprimé et de l’artotec comprimé, prescrits pour des insuffisances de contractions utérines et des chirurgies obstétricales. Ces substances pharmaceutiques auraient la capacité d’interrompre volontairement une grossesse.

C’est justement à cette fin que le présumé assassin les aurait utilisées sur sa bien-aimée enceinte de 5 mois. Visiblement contre la venue de leur enfant, « Elie de Dieu » va décider de tuer leur futur bébé. Le jeune médecin injecte ainsi de « très fortes doses » de ces médicaments à sa petite amie âgée de 23 ans. Malheureusement cette dernière ne supporte pas la charge et en meurt.

Devant le corps sans vie, le jeune étudiant en fin de cycle de médecine aurait choisi de dissimuler l’homicide involontaire qu’il venait de commettre. Ainsi donc, il se serait mis à sectionner les parties du corps de la jeune demoiselle avant de les enfouir dans des sachets poubelles. La suite est connue de tous. La supercherie sera mise à jour par le voisinage et le présumé assassin interpellé  a été déféré devant le parquet de la République le mercredi 29 juillet dernier.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt