mercredi,20 octobre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: la victime camerounaise d’agression policière rend l’âme au CHUO

Gabon: la victime camerounaise d’agression policière rend l’âme au CHUO

Ecouter cet article

C’est le jeudi 15 juillet dernier aux alentours de 19 heures que la famille du jeune footballeur bi-national Nsagou Mohamed a annoncé le décès de ce dernier des suites de contusions cérébrales. Le regretté avait été roué de coups par un agent de forces de police d’intervention (Fopi) au pk8 pour cause de jalousie. La communauté camerounaise est en furie tandis que la préfecture de police reste muette.

Passé à tabac le dimanche 11 juillet dernier au niveau du quartier Pk8 par un policier aidé par des bras non identifiés à ce jour, le jeune footballeur Olivier Ndong de son nom d’origine Nsagou Mohamed, est passé de vie à trépas le jeudi 15 juillet 2021 à 19h42 au Centre hospitalier universitaire d’Owendo (CHUO). C’est une source familiale qui en a fait l’annonce à la rédaction de Gabon Media Time (GMT).

« Mon petit frère est décédé après des contusions cérébrales. L’hôpital avait dit qu’il ne peut pas lui donner des soins conséquents parce qu’ils n’en ont pas la capacité. Et qu’il fallait l’envoyer vers El Rapha ou Chambrier où on nous a demandé 4.500.000 FCFA », a souligné un des frères du regretté au bord de larmes. Ce dernier aurait été déposé par son bourreau dans cet hôpital en prétextant qu’il serait un voleur.

Si à l’heure où nous couchons ces lignes, aucune enquête administrative interne devant permettre de déterminer les circonstances exactes ayant entouré le décès de ce jeune homme, n’a été diligentée par le Général de Brigade Serge Hervé Ngoma, commandant en chef des forces de Police, il nous est revenu que le mis en cause et la présumée « petite amie frivole » seraient gardés à vue au Commissariat de Nzeng-Ayong dans le 6ème arrondissement de la commune de Libreville.

Pour sa part, Edith Félicie Ondoua Ateba, ambassadrice du Cameroun au Gabon a d’ores et déjà révélé qu’elle s’y impliquera personnellement pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire qui s’apparente à « une bavure policière », pour laquelle ni le Commandement en chef de la Police nationale ni le ministère de l’Intérieur n’ont communiqué. Nous y reviendrons !

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop