Gabon: la société civile porte plainte contre l’AFD à Paris

Siège de l'Agence française de dévéloppement © D.R

En vue de mettre fin au cycle d’endettement dans lequel se trouve le pays, l’association Némésis, regroupement d’organisations de la société civile gabonaise, a déposé le 28 décembre dernier une requête complémentaire devant le tribunal administratif de Paris. Cette requête à l’encontre de l’Agence française de développement (AFD), vise à « faire annuler la garantie que l’Etat français a accordée à un prêt de 75 millions d’euros attribué au Gabon le 11 juin 2018 » selon Jeune Afrique.

GABON LIBREVILLE

L’octroi du prêt de 75 millions d’euros (49,2 milliards de Fcfa) par l’Agence française de développement (AFD) au Gabon en juin dernier n’a pas fini de faire jaser. Ainsi, trois associations de la société civile gabonaise regroupées sous l’appellation « Némésis » et représentées par Me William Woll, ont déposé une requête devant le tribunal administratif de Paris.

En effet, le but de ces associations est de « faire annuler la garantie que l’Etat français a accordée à un prêt de 75 millions d’euros attribué au Gabon le 11 juin 2018 » selon le magazine Jeune Afrique. Considérant que ce prêt n’a pour seul intérêt que de « maintenir en place le gouvernement d’Ali Bongo Ondimba » et non de « concourir au développement du pays », ces associations plaident purement et simplement pour son annulation.

Si le tribunal administratif de Paris n’a pas encore donné suite à cette affaire, les associations de la société civile gabonaises, elles, n’en démordent pas. Pour rappel, ce prêt de l’AFD a été conclu sur la base d’un montant global de 225 millions d’euros (147,5 milliards de Fcfa) pour « appuyer le Plan de relance de l’économie (PRE) ».

Laissez votre commentaire