jeudi,26 novembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: la société civile fustige le silence de la communauté internationale sur...

Gabon: la société civile fustige le silence de la communauté internationale sur les évènement du 25 octobre

C’est par le biais d’une déclaration rendue publique ce jeudi 29 octobre 2020 que des organisations de la société civile ont tenu à réagir aux événements du dimanche 25 octobre dernier notamment l’interdiction faite aux chrétiens catholiques d’accéder à leurs lieux de culte tel que décidé par la conférence episcopale du Gabon et l’Archidiocèse de Libreville. Occasion pour les responsables de ces organisations de dénoncer le silence de la communauté international sur ce qu’ils ont qualifié d’atteinte aux libertés fondamentales, notamment celle du culte. 

C’est par la voix de Jean Remy Yama, président de Dynamique unitaire, de Marc Ona Essangui, membre de la plateforme Tournons la page, de Georges Mpaga du Le Réseau des organisations libres pour la bonne gouvernance (ROLBG) et de Georges Bruno Ngoussi de la plateforme de la société civile gabonaise que les organisations de la société civile ont tenu à s’exprimer au sujet des événements ayant émaillé la journée du 25 octobre dernier. A cet effet, les leaders de la société civile ont tenu à condamner le déploiement des forces de sécurité et de défense qui avait pour objectif d’interdire aux fidèles l’accès au lieux de culte. 

Occasion pour ces organisations de la société civile de fustiger « l’usage indécent et disproportionné de bombes lacrymogènes et des matraques, notamment à Oyem et à Akanda (…) sur des fidèles pacifistes et désarmés qui ne demandaient qu’à exercer leur foi ». Face à ces agissements « éhontés » du gouvernement, Dynamique unitaire, Tournons la page, le ROLBG et la plateforme de la société civile gabonaise ont tenu à féliciter « la détermination, la bravoure et le civisme des responsables religieux ainsi que leurs fidèles à jouir des droits naturels garantis de manière imprescriptibles par des textes internationaux ratifiés par le Gabon »

Par ailleurs, ces organisations se sont montrées très critiques visàvis de la communauté internationale. « Devant ces violations flagrantes des libertés, la société civile gabonaise dénonce le mutisme de la communauté internationale et l’interpelle par le même fait sur la gouvernance publique qui fait du Gabon le seul pays du monde qui interdit l’ouverture des lieux de culte au motif fallacieux de la lutte contre la propagation de la Covid-19. Toute chose qui cache mal la volonté du gouvernement à restreindre les libertés fondamentales », ont-ils martelé.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion