dimanche,1 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: la reprise des cours conditionnée à la baisse de la pandémie...

Gabon: la reprise des cours conditionnée à la baisse de la pandémie de Covid-19

C’est au cours d’une réunion qui s’est tenue ce mercredi 6 mai 2020 avec les partenaires sociaux que le ministre de l’Education nationale, Patrick Mouguiama Daouda a abordé la problématique de la reprise des cours. S’il a exclu l’hypothèse d’une année blanche, le membre du gouvernement a indiqué que la reprise de cours est conditionnée par une baisse de la pandémie de Covid-19. 

La reprise des activités dans le secteur éducatif est conditionnée à l’état sanitaire du pays. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le ministre de l’Education nationale Patrick Mouguiama Daouda durant la réunion qu’il a eue avec les partenaires sociaux à propos d’une éventuelle reprise des cours. « La reprise des cours ne sera pas immédiate, mais elle se profilera dès lors que la pandémie aura baissé et que la sécurité sanitaire de la communauté éducative impliquée dans les enseignements sera garantie », a déclaré le membre du gouvernement. 

Ainsi donc, l’ouverture des salles de classe pourrait mettre encore longtemps avant d’être effective. Puisqu’à ce jour, la situation épidémiologique du coronavirus au Gabon ne semble pas tendre vers une baisse. Pour preuve, les dernières prévisions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant l’évolution de la pandémie sur le territoire font état d’un pic qui devrait être atteint entre cette fin de mois de mai et mi-juin. Lequel devrait tourner autour de 10000 personnes voire 12 000 cas d’ici au mois d’août 2020. 

En dépit de cet avenir sombre auquel pourrait être confronté le Gabon, Patrick Mouguiama Daouda s’est montré optimiste quant à la continuité des activités académiques suspendues depuis le 14 mars dernier pour cause de Covid-19. « C’est vrai que rien n’est facile en ce moment. C’est une situation difficile inédite et nous essayons de trouver des solutions appropriées. Nous n’envisageons pas l’année blanche, pour la simple raison qu’une bonne partie du programme scolaire avait déjà été faite, et que les établissements étaient déjà à la phase des conseils de classe du 2e trimestre », a conclu le ministre de tutelle.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion