Gabon: la polygamie, une option aujourd’hui envisagée par de nombreuses femmes

Longtemps décriée par une frange de la gente féminine, et source de conflits au sein des foyers surtout pour le déséquilibre de traitement entre les femmes et les enfants, la polygamie serait devenue une option envisageable pour bon nombre de Gabonaises. C’est du moins ce qui ressort d’une enquête menée par nos confrères de L’Union auprès des femmes et des sociologues sur la question et publiée le 15 mai dernier.


Consacrée par le Code civil gabonais au titre II intitulé Du mariage, du divorce et de la séparation de corps, la polygamie qui est une option matrimoniale connaîtrait à ce jour un franc succès auprès des femmes. C’est ce qui ressort d’une enquête menée auprès des chercheurs et de femmes gabonaises par nos confères de L’Union, qui ne comporte malheureusement pas de chiffres pour établir des statistiques.

La femme gabonaise serait de moins réfractaire à polygamie en cas de mariage. Certaines d’entre elles la considère désormais comme une évidence. A en croire notre confrère,  les habitudes tendraient à évoluer vers ce type d’union que la femme moderne appelait à rejeter. En effet, la polygamie aurait désormais du goût disent-elles, car le turn over leur permet de consacrer leur temps à d’autres hobbies.

Pour d’autres par contre l’avantage réside dans le fait que l’homme est de moins en moins exigeant envers sa femme en matière de sexualité. La rotation entre les différentes épouses l’épuiserait, semble-t-il.  « Parfois quand il revient de chez ma coépouse, il est si fatigué qu’il a tout juste le temps de se jeter sur le lit », a confié une trentenaire mariée sous l’option polygamique. Avant de démontrer l’avantage lié à la séparation des biens.  « Cette forme impose la séparation stricte des biens. Du coup, ce qui est à toi est à toi du vivant comme après le décès de l’un de vous deux. Finis les risques de spoliation ou de succession difficile  », a-t-elle conclu.

Mais que pensent les spécialistes du psychique humain ? Michel Mbadinga, psychologue, a tenu à expliquer les facteurs qui donnent naissance à cette modification des comportements des femmes vis-à-vis du mariage.  « On offre en fonction de ce qu’on attend en retour. Si donc de nos jours les femmes choisissent de plus en plus ces unions polygamiques, c’est qu’elles attendent des signes de reconnaissance revalorisants. Et dorénavant, elles trouvent dans cette union des éléments de stimulation positive. Avoir du temps pour elle. N’a pas à  faire la cuisine tous les jours. Et même l’issue de ne pas être spoliée en cas de décès de son époux sont autant d’éléments qui vont justifier ce choix », a-t-il précisé.

A l’heure ou un projet de loi portant légalisation du mariage coutumier est en débat au Sénat l’option polygamique pourrait davantage se répandre surtout que selon des informations obtenues par Gabon Media Time, le mariage coutumier se définira comme l’union entre un homme et une femme par acte sous seing privé légalisé par la suite devant l’officier d’état civil. Toutes choses qui simplifieront la réconnaissance d’un tel mariage aux yeux de l’administration.

Laissez votre commentaire