dimanche,20 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: la Ngounié Sud privée de portefeuille ministériel depuis 10 ans

Gabon: la Ngounié Sud privée de portefeuille ministériel depuis 10 ans

Rose Christiane Ossouka Raponda nommée à la Primature, les regards sont désormais tournés sur la composition de la nouvelle équipe gouvernementale qui devrait normalement être connue des populations dans les prochaines heures. Sans surprise les pesanteurs influençant les choix du numéro 1 gabonais devraient être les mêmes, du moins à la lecture, des dernières compositions gouvernementales. Des choix qui s’éloignent de la vision de feu Omar Bongo, lequel avait fait de la géopolitique stratégique, l’une des forces de sa politique globale, tout l’opposé de l’actuel chef de l’Etat qui ne semble pas en tenir compte, à l’image de la Ngounié Sud privée de ministres depuis 10 ans au point d’être pour plusieurs observateurs de la politique gabonaise, la région maudite et délaissée de la politique d’Ali Bongo Ondimba. 

La Ngounié Sud  était du temps de feu Omar Bongo Ondimba, l’une des régions ayant connu pendant plusieurs années un des membres du gouvernement les plus influents de la République gabonaise dans la mise en place, l’élaboration et la politique de l’ancien Chef de l’Etat gabonais. Depuis 10 ans, les populations de cette zone de la Ngounié ne gardent en elles que quelques effluves de souvenirs du temps de la toute puissance d’un des leurs, Jean Rémy Pendy Bouyiki. 

Toute la Ngounié Sud de Lébamba à Malinga, en passant par Mbigou, Nzenzélé, Mimongo garde en souvenirs le règne sans partage de ce mastodonte de la politique omarienne dans la cette province du Sud du Gabon. Baron du Parti démocratique Gabonais, il est loin le temps où Jean Rémy Pendy Bouyiki au gouvernement pendant plus de 10 ans, ministre d’Etat, écumant des porte-feuilles influents tels que le Commerce, la Communication, le Travail ou encore de la Santé  régnait en maître absolu dans les localités de la Ngounié-Sud avec des tentacules aussi bien au centre qu’au nord de la province. 

La disgrâce et la descente aux enfers de cet apparatchik du régime d’Omar Bongo Ondimba coïncident curieusement avec la nonprise en compte des personnalités du pays Nzebi dans la répartition des portefeuilles ministériels répondant à cette logique de géopolitique stratégique version Ali Bongo Ondimba. Tout se passe comme si Jean Remy Pendy Bouyiki avait emporté dans sa chute la confiance de l’exécutif et les chances pour les autres natifs de cette région de la Ngounié d’accéder aux plus hautes fonctions de l’Etat. 

Depuis le départ de cet ex tout puissant cadre de la Ngounié Sud, rares sont les filles et fils de ces localités qui ont été promus au gouvernement excepté les passages parcellaires de Dieudonné Nzengue comme ministre délégué aux Affaires étrangères, de Christiane Leckat ministre déléguée à l’Habitat ou encore d’Hilaire Machima ministre délégué à l’Économie. Le seul portefeuille important reste celui occupé par le Général de division Flavien Nziengui Nzoundou au ministère de l’Equipement, des Infrastructures  et des Travaux publics de 2007 à 2011. 

Une rareté de ministres dans la Ngounié Sud qui contraste avec les nominations foisonnantes de la Ngounié Nord. «  Léon Armel Bounda Balonzi (ministre des Transports, de l’équipement, des infrastructures et de l’habitat) et Yolande Nyonda (ministre déléguée auprès du ministre de l’Education nationale)  une présidente du Sénat (Lucie Milebou-Aubusson épouse Mboussou), un directeur général à la Caistab  (Thierry Prosper Mboussou). Ne parlons pas de la Ngounié-Centre, pourvue de deux ministres : Jean de Dieu Moukagni Iwangou (ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et du transfert des technologies) et Biendi Maganga Moussavou (ministre de l’Agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’alimentation) » soulignait l’hebdomadaire le Mbandja.  

La conséquence d’une géopolitique aussi discriminatoire qui fait le lit à l’inégalité est le maintien de ces régions dans un état de sous-développement abyssale n’ayant aucune personnalité dans les hautes sphères de la République pour porter un regard sur leur condition. C’est bien parce que Me  Francis Nkea Ndzigue, du reste ministre de la Promotion de la Bonne Gouvernance, de la Lutte contre la Corruption et de l’Évaluation des Politiques publiques qu’il a pu récemment en sa qualité de fils du département du Haut-Ntem, dont Minvoul est le chef-lieu à la municipalité de Minvoul offrir un camion, un tractopelle et un bulldozer de marque Caterpillar, qui vont permettre la reprise des travaux de reprofilage en latérite des voiries communales.  

Il d’évidence que la Ngounié Sud est plus que jamais à la recherche des leaders politiques et administratifs aux fins d’impulser le développement de cette sous-région. Gageons que le nouveau Premier ministre, prendra en compte cette réalité en jetant un regard sur cette partie de la province de la Ngounié. A moins, de laisser croire que pour Ali Bongo Ondimba elle est désormais délaissée, et à jamais l’enfant maudit de sa politique. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt