lundi,30 novembre 2020
Accueil Actualités Gabon: la Hac sanctionne KongossaNews pour avoir titré « Ali Bongo...

Gabon: la Hac sanctionne KongossaNews pour avoir titré « Ali Bongo de plus en plus fou»

La Haute autorité de la communication ( HAC) pourtant discrète ces derniers temps, vient de s’illustrer à nouveau, et de la façon par laquelle elle a habitué l’opinion, c’estàdire par la sanction. Cette institution vient en effet de sanctionner le média KongossaNews d’une interdiction de parution d’un mois, pour avoir tenu des propos « injurieux » en assimilant le chef de L’Etat à un fou. 

Un (1) mois, c’est la sanction que vient d’écoper KongossaNew, média en ligne pour avoir, selon la Haute autorité de la communication (HAC), tenu des propos « injurieux » à l’encontre du président de la République Ali Bongo Ondimba. Propos portant atteinte, selon la HAC, à la « dignité d’autrui » et donc par ricochet, celle du numéro 1 gabonais. 

C’est en prenant appui sur la disposition 55 de l’ordonnance 000010/PR/2018 du 23 février 2018 qui stipule « Dans l’urgence et en cas de manquement grave, le président de la Haute autorité de la communication (HAC), avant toute décision au fond, peut prendre la mesure conservatoire de retrait provisoire de l’autorisation de publier ou de diffuser pour une durée maximale d’un mois », que Raphaël Ntoutoume Nkoghe a décidé seul et de façon discrétionnaire de prendre une sanction contre le média en ligne KongossaNews. 

« Promesses à la nation : Ali Bongo de plus en plus fou ». C’est cet article publié par le média incriminé en réaction à la promesse faite par Ali Bongo Ondimba à l’occasion de son discours à la Nation pendant lequel il a annoncé la création de 30 000 emplois d’ici 2023 dans la filière bois, qui a fondé la sanction de la HAC. 

Bien qu’ayant essayé de rattrapé le coup en modifiant le titre, « Promesses à la nation : Ali Bongo rebelote », la Haute autorité de la communication (HAC), mieux son président seul a estimé que lesdits propos contreviennent à l’article 44 et de la  Loi 19/2016 du 9 août 2016 qui disposent qu’« Il est interdit à tout journaliste l’insinuation malveillante, la calomnie et l’injure » et que les propos tenus portent atteinte à la « dignité d’autrui » au titre de l’article 87 de la même loi.  

A noter toutefois le caractère liberticide de cette ordonnance n°000010/PR/2018 du 23 février 2018 symbolisée par son article 55 qui octroie la liberté à un homme de  s’auto-saisir pour « rendre justice » de façon discrétionnaire au nom de l’institution qu’il dirige sans tout autre forme de procès et en violation manifeste du sacro-saint principe du respect du contradictoire. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion