Gabon: la France insoumise solidaire du PLC !

Jean-Luc Mélenchon © LCI

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de Gabon Media Time, La France insoumise par le biais de sa commission Afrique manifeste sa solidarité à Pour le changement, dont une manifestation a été interdite au Sénégal et accusé à tort  « d’organiser une rébellion dans ce pays » par l’attaché militaire de l’ambassade du Gabon. In extenso l’intégralité dudit communiqué.



« Communiqué de la Commission Afrique de la FI du 21 janvier 2019

Gabon : la FI solidaire de nos camarades de PLC !

Une délégation du parti Pour le Changement (Gabon) avait prévu une rencontre avec la communauté gabonaise de Dakar le 18 janvier. Suite à l’intervention de l’attaché militaire de l’ambassade du Gabon au Sénégal , au motif fallacieux que l’objet de la manifestation était d’organiser une rébellion dans son pays , les autorités locales ont interdit toute rencontre. Par la voix de son Secrétaire Exécutif, Anges Kevin Nzigou, le PLC s’est insurgé ‘contre ces pratiques de mensonges organisés’.

La France Insoumise travaille depuis plusieurs mois avec le PLC sur la construction de nouvelles politiques entre les pays africains et la France. Nous pouvons témoigner des aspirations viscéralement démocratiques et progressistes de nos camarades dont aucun d’entre eux n’est impliqué dans quelque mesure subversive que ce soit. La France Insoumise est solidaire de Pour le Changement, organisation dont les analyses et les propositions nous paraissent pertinentes non seulement pour le Gabon, mais également essentielles à un changement salutaire de la politique française sur le continent africain.

La France insoumise rappelle que les seules manœuvres subversives observées au Gabon sont celles d’un pouvoir aux abois, instigateur d’un coup d’Etat perpétuel depuis les hold-up électoraux de 2009 et 2016, la réécriture incessante de la constitution, les arrestations arbitraires, y compris de représentants du peuple gabonais comme Bertrand Zibi Abeghe, accusé en son temps de subversion au motif qu’il possédait un fusil de chasse… Le gouvernement français, qui a été prompt à dénoncer les fraudes électorales en RDC, serait avisé de cesser sa politique du pas vu pas pris au Gabon. A défendre des intérêts à court terme, on perd ses intérêts tout court.

Patrice FINEL, conseiller spécial de Jean-Luc MELENCHON pour l’Afrique : 0609227886 patrice.finel@gmail.com

David CHINAUD, Commission Afrique : 0665231868 david.chinaud@gmail.com  »

Laissez votre commentaire