jeudi,17 juin 2021
GIF-Enami Shop_GMT-v3
AccueilActualitésGabon: la Fenasyca insatisfaite de l’avancée des régularisations administratives

Gabon: la Fenasyca insatisfaite de l’avancée des régularisations administratives

Réuni ce samedi 29 mai à l’Ecole nationale d’art et manufacture (Enam) pour une assemblée générale, les membres de la Fédération nationale du secteur de la culture et des arts (Fenasyca) ont passé en revue les principaux sujets brûlants qui leur sont propres en tête desquels, le traitement des dossiers des agents du ministère de la culture. Il faut dire qu’avec seulement 36 régularisations sur les 253 en attente, le sujet occupe les esprits.

Autour de leur président Christian Mermance N’nang Nsome, les membres de la Fédération nationale du secteur de la culture et des arts (Fenasyca) ont passé en revue les principaux sujets d’actualité liés à leur département. Il faut dire qu’entre une régularisation des situations administratives en dents de scie du fait d’une lenteur dans le traitement des dossiers, une difficile mise à disposition des dossiers de recrutement ou encore l’état de décrépitude de leur établissement, agents et étudiants de la culture ne savent plus à quel saint se vouer.

En effet, avec seulement 36 diplômés sur les 253 concernés, passés sous bon de caisse pour une régularisation quasi effective comme l’a rappelé Christian Mermance N’nang Nsome en marge de cette assemblée, le bilan n’est pas très reluisant. Si l’on y ajoute le mutisme de leur ministre de tutelle Michel Menga, qui ne semble que peu se préoccuper de cette situation alarmante, l’on obtient un ras le bol de la part du syndicat qui n’a pas manqué de « fustiger l’attitude de celui-ci qui n’a jamais voulu entrer en négociations ».

Si le leader syndical lors de son propos s’est toutefois réjoui de ce que « les recrutements qui ne se faisaient plus depuis une décennie, de même que les reclassements après stages ont finalement repris », il s’est toutefois, dans les grandes largeurs, offusqué du traitement réservé à une école qui jadis, suscitait l’intérêt collectif. A l’abandon. Oubliée. L’Enam qui devait être une référence dans le domaine de la Culture, a donc finalement suivi le cheminement du secteur dans lequel elle s’inscrit.

Laissez votre commentaire

Publicité Sunu Assurances Refresh Airtel Prevoyance