mercredi,18 mai 2022
AccueilDerniers articlesGabon: la Fenasyca dénonce le casse tête des régularisations administratives au ministère...

Gabon: la Fenasyca dénonce le casse tête des régularisations administratives au ministère de la Culture

Ecouter cet article

Absence de nomination et d’affectation au sein du ministère de la Culture et des Arts. Absence de reclassement après stage des agents dudit ministère. Arrêt des travaux de réhabilitation des infrastructures culturels, notamment l’École nationale d’art et manufacture (ENAM), entre autres. Tels sont quelques uns des principaux points abordés, ce lundi 17 janvier 2022, lors de la conférence de presse de la Fédération nationale des syndicats des secteurs de la culture et des arts (Fenasyca), en réaction à la sortie du ministre de la Fonction publique Madeleine Berre, qui a récemment dressé le bilan des régularisations des situations administratives des agents de l’État entre 2019 et 2021. 

Lors d’une conférence de presse animée le 13 janvier dernier, et qui avait pour but de livrer le bilan du plan de régularisation des situations administratives des agents de l’Etat, le ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre, a déclaré que le gouvernement a recruté et reclassé 11 475 agents à la Fonction publique à fin décembre 2021, au titre de l’exercice 2019-2021. Pour la Fédération nationale des syndicats des secteurs de la culture et des arts (Fenasyca), c’est un bilan mitigé. « Nous trouvons ce bilan plus ou moins satisfaisant, mais pas totalement. Satisfaisant parce qu’ un grand nombre de sortants école de l’Enam ont bel et bien été recrutés, mais nous tenons quand même à signaler que certains chiffres nous étonnent », a indiqué Christian Mermence N’nang Nsome, président de la Fenasyca, faisant référence au recrutement des agents du ministère de la Culture issus de la promotion 2015 de l’ENAM. 

Mais ce n’est pas tout. La Fenasyca ne se reconnaît pas dans le bilan de régularisation des situations administratives dressé par Madeleine Berre. Au contraire, ses membres déplorent l’absence de nomination et d’affectation depuis de nombreuses années. « Il n’y a pas de fonctionnement au ministère de la Culture. Pour fonctionner il faut qu’il y ait des responsables à la tête de chaque service et des agents affectés. Or, il n’en est rien de tout ça. Dans tous les organigrammes du ministère de la Culture, les différents postes à responsabilité sont vides à 95%, les 5% restants sont occupés illégalement par des intérimaires à longue durée et des retraités qui ne veulent pas quitter leurs postes », a fustigé Christian Mermence N’nang Nsome. 

Il faut dire que ces revendications et le constat qui les fonde ne sont pas nouveaux. La Fenasyca appelle l’exécutif à réformer le ministère de la Culture et des Arts pour qu’il devienne un département ministériel plus stratégique et dynamique. Elle demande entre autres, des recrutements directs, la création des corps d’intégration des métiers de la culture, la mise en place de la Commission permanente du dialogue social au ministère de la Culture et des Arts.

Global Media Time Gif
Enami Shop