samedi,26 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: la Fenapeg plaide pour la suspension de l'exclusion des élèves

Gabon: la Fenapeg plaide pour la suspension de l’exclusion des élèves

C’est à la faveur d’un point de presse récemment tenu que la Fédération nationale des associations de parents d’élèves et étudiants du Gabon (Fenapeg) a exigé la suspension pure et simple de la sanction prise contre l’ensemble des élèves ayant utilisé des moyens frauduleux pour concourir au Baccalauréat. Pour ce faire, les parents d’élèves ont, par l’entremise du premier vice-président dudit syndicat, sollicité l’implication personnelle du chef de l’État Ali Bongo Ondimba, afin qu’à l’instar de 2013, les recalés soient repêchés.

Quelques jours après avoir annoncé les mesures de sanction à l’encontre des acteurs d’un vaste réseau de trafic de faux bulletins, le ministre de l’Education nationale le Pr. Patrick Mouguiama-Daouda continue d’être décrié par les partenaires sociaux qui,  bien que saluant l’opération, ne comprennent toujours pas le timing choisi.

Pour sa part, le principal syndicat des parents d’élèves n’y est pas allé de main morte en demandant la levée des exclusions des élèves. « La Fenapeg exige la suspension pure et simple de ces mesures dont l’impopularité peut hypothéquer l’organisation du baccalauréat prévue le 20 août prochain », a demandé M. Zogo, premier vice-président de ladite plateforme syndicale.

Convaincus de la gravité d’une telle exclusion, quoique justifiée, les parents d’élèves appellent à la clémence d’Ali Bongo Ondimba. « Nous sollicitons la haute bienveillante implication personnelle du Président de la République chef de l’État dans sa politique de l’Égalité des chances pour tous, afin que ces élèves dont les dossiers ont été rejetés participent aux examens comme ce fut le cas en année scolaire 2012-2013 », a-t-il souhaité.

Une sortie pour le moins surprenante tant ces élèves n’ont pas irrégulièrement été radiés des effectifs des candidats. Bien au contraire, la commission rogatoire mise en place par la Direction générale des examens et concours (DGEC) a méticuleusement scruté les écueils que présentaient ces dossiers. D’ailleurs plusieurs des 700 recalés sont passés aux aveux. 

Rappelons à toutes fins utiles que les élèves ne sont pas les seuls à avoir été sanctionnés. 22 établissements privés d’utilité publique ont été avertis tandis que 5 autres ont été définitivement interdits d’exercer dans le secteur de l’éducation au Gabon. À cela s’ajoutent les 26 chefs d’établissement secondaire également sanctionnés par la tutelle.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt