jeudi,1 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: la famille de Yolande Nyonda s’insurge contre les accusations de crime...

Gabon: la famille de Yolande Nyonda s’insurge contre les accusations de crime aux allures d’intrigue politique

Qui en veut à l’actuel ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères Yolande Nyonda ? C’est la question qui taraude les esprits ces derniers jours au vu des attaques, sous le coup d’intrigue politique, dont elle ferait l’objet sur les reseaux sociaux. Une situation intolérable pour la famille biologique de cette dernière qui, dans un communiqué rendu public ce lundi 03 août 2020, a tenu à dénoncer ces agissements qui ont pour seul objectif de ternir l’image du membre du gouvernement, par ailleurs membre influente du Parti démocratique gabonais (PDG) dans le département de Tsamba-Magotsi dans la province de la Ngounié. 

Alors qu’elle avait déjà fait les frais d’accusation en 2016 à la suite de la disparition d’un jeune homme dénommé Nzai, puis celle de l’élève au Lycée Léon Mboumba de Fougamou Etienne Malata le nom de Yolande Nyonda est « subitement revenu au-devant de la scène » ces dernières semaines. Des accusations qui interviennent curieusement au moment où « une personnalité politique de Tsamba Magotsi est citée dans les affaires de crimes rituels », donnant l’impression d’une véritable cabale empreinte d’intrigue politique orchestrée contre l’actuel membre du gouvernement. 

Dans sa communication, la famille rappelle d’ailleurs que cette dernière affaire aurait donné lieu à une grossière mise en scène à travers une vidéo où l’on voit l’un des coupables affirmer qu’il aurait remis la victime à un complice de l’actuel ministre délégué, un certain « costaud ». Une vidéo qui serait visiblement la reconstitution de l’enlèvement du jeune Etienne Malata, mais qui curieusement ressort comme par enchantement il y a quelques jours. 

Chose curieuse, l’opinion se questionne sur l’intérêt de la diffusion sur les réseaux sociaux de ladite vidéo alors qu’elle constitue une pièce de l’instruction, donc confidentielle et gardée par les officiers de police judiciaire(OPJ) de la gendarmerie de Fougamou. Il faut souligner que lors de la confrontation entre Yolande Nyonda et les présumés criminels, en présence du juge d’instruction, d’un greffier et du Procureur de la République près le tribunal de première instance de Mouila, ces derniers étaient revenus sur leurs accusations demandant pardon « pour le tort et le préjudice moral causés », indique le communiqué de la famille Vincent de Paul Nyonda. 

Jugée le 28 février 2019, la Cour criminelle de Mouila a reconnu que Yolande Nyonda et son supposé complice étaient absents du territoire national au moment des faits comme l’attestent les cachets des différentes polices de l’air et des frontières (PAF), sur leurs passeports. Des preuves qui démontrent dès lors l’innocence de la ministre et de son présumé complice et qui auront permis à la Cour de condamner les accusateurs à la perpétuité. « La famille Nyonda s’indigne et s’étonne de la résurgence de ces attaques malveillantes portant sur un dossier juridiquement clos », ont martelé les membres de la famille. Ainsi, ces derniers ont dit se réserver le droit de porter plainte contre X pour « diffamation et dénonciation calomnieuse »

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;