mercredi,28 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : «la différence des signatures d’Ali Bongo», une preuve de son...

Gabon : «la différence des signatures d’Ali Bongo», une preuve de son incapacité selon la CNR

C’est par le biais d’une déclaration rendue publique ce vendredi 20 décembre 2019 que la Coalition pour la nouvelle République a tenu à s’exprimer sur la tenue le 18 décembre dernier du 9ème sommet extraordinaire de la Communauté économiques des Etats d’Afrique centrale. Ainsi, contrairement aux partis de la majorité présidentielle, cette frange de l’opposition a décrié ce qu’il qualifie d’énième « mise en scène » qui conforte l’idée d’incapacité dont est désormais frappé le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. 

C’est par la voix du porte parole de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine Jean Ping, Armele Yembi Yembi que la Coalition a tenu à réagir à la tenue du 9ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale. Une rencontre qui selon la CNR s’est soldée par un échec au regard du peu d’engouement enregistré et qui a vu la participation de seulement 5 chefs d’Etat sur les 11 que compte l’institution sous régionale. « Aucun chef d’Etat des pays frontaliers n’a fait le déplacement. Ce qui en dit long sur le faible poids diplomatique de M. Ali Bongo dans l’espace CEMAC », a-t-elle fait remarquer. 

Pour la Coalition, « ce sommet renforce davantage la conviction des Gabonais de l’incapacité d’Ali Bongo a diriger le Gabon depuis qu’il a

été victime d’un Accident vasculaire cérébral le 24 octobre 2018 », elle en tient pour preuve « la différence notable entre la signature apposée par Ali Bongo Ondimba sur le communiqué final des travaux de la CEAC et celle qui apparaît sur les autres actes récents réputés signés de lui »

« Il s’agit là manifestement de faux, un des indicateurs les plus visibles qui vient s’ajouter à la multiplication d’actes d’imposture à la tête de l’État et aux forts soupçons d’utilisation de sosies pendant plusieurs mois, dans un contexte général d’usurpation, depuis 2016. Toute chose conduisant à évoquer la haute trahison », a martelé Armele Yembi Yembi. 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion