lundi,21 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: «la dépénalisation justifiée par la nécessité de s'arrimer aux normes internationales»

Gabon: «la dépénalisation justifiée par la nécessité de s’arrimer aux normes internationales»

Le débat sur le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal prévoyant la répression de l’homosexualité continue de susciter des réactions au sein de l’opinion. La dernière en date est celle de Junior Xavier Ndong Ndong, Porte-parole du Parti démocratique gabonais (PDG) qui dans une déclaration, a relevé que la dépénalisation de l’homosexualité se justifie par la nécessité d’arrimer le dispositif juridique gabonais aux normes internationales. 

Si depuis le vote intervenu à l’Assemblée nationale le mardi 23 juin dernier, plusieurs personnalités se sont insurgées contre le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal, plusieurs autres s’élèvent pour soutenir cette réforme portée par le chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale lui-même. C’est le cas de Junior Xavier Ndong Ndong, cadre du parti au pouvoir qui a tenu à édifier l’opinion sur les motivations qui ont conduit le Gabon à dépénaliser l’homosexualité.

Estimant qu’en 2016, Ali Bongo Ondimba a été « réélu pour renforcer l’Etat de droit et faire de notre pays un Etat juste et moderne », Junior Xavier Ndong Ndong a en outre justifié que seule, la défense des libertés individuelles des citoyens doit prévaloir dans le débat actuel. « La dépénalisation de l’homosexualité se justifie par la nécessité et la volonté d’arrimer notre dispositif juridique aux normes internationales afin de faire du Gabon un pays moderne et conforme aux engagements internationaux pris en matière de protection des droits de l’Homme et du citoyen », a-t-il indiqué

Pour ce conseiller du président du Parti démocratique gabonais, cette formation politique, contrairement à ce qui se dit, « n’est pas pour l’homosexualité, il ne l’encourage donc pas et ne la vulgarise pas », mais elle ne peut pas aussi s’ériger en censeur ou juge des citoyens sur la base de leurs orientations sexuelles. « Nous avons choisi la démocratie, acceptons la également ses avatars », a-t-il martelé. 

A la suite de son propos,  Junior Xavier Ndong Ndong récement promus au sein du directoire du PDG n’a pas manqué d’appeler les Gabonaises et les Gabonais à repartir vers « leurs Us et coutumes » qui sont selon lui, « le fondement de notre République et de notre histoire. Elles consacrent la liberté d’expression mais aussi le respect des aînés et des anciens ». 

Pour ce conseiller du président du Parti démocratique gabonais, cette formation politique, contrairement à ce qui se dit, « n’est pas pour l’homosexualité, il ne l’encourage donc pas et ne la vulgarise pas », mais elle ne peut pas aussi s’ériger en censeur ou juge des citoyens sur la base de leurs orientations sexuelles. « Nous avons choisi la démocratie, acceptons également ses avatars », a-t-il martelé. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt