dimanche,9 août 2020
Accueil Derniers articles Gabon: la crise de la Covid-19 freine le trafic des écailles de...

Gabon: la crise de la Covid-19 freine le trafic des écailles de pangolin

Réagissant à la décision portant sur l’interdiction de la chasse, la capture, la détention, la commercialisation, le transport et la consommation des pangolins et des chauves-souris prise par  le ministère des  Eaux,  des Forêts,  de la Mer, de  l’Environnement, Chargé  du Plan Climat, des Objectifs  de Développement durable et du  Plan d’Affectation des Terres, l’organisation non gouvernementale Conservation a tenu à saluer cette mesure qui rentre dans le cadre des mesures de prévention pour réduire au maximum les éventuels risques de propagation de la pandémie du Coronavirus (Covid-19). 

- Advertisement -Global Media Time Gifpx

Si cette décision du gouvernement est motivée par les conclusions de nombreuses recherches scientifiques qui estiment que “le nouveau coronavirus provient de la chauve-souris, mais qu’il est passé par une autre espèce avant de se transmettre à l’homme” précisant que cet animal intermédiaire pourrait être le pangolin, l’ONG a relevé que la transmission d’un pathogène de l’animal vers l’humain n’est que la résultante de l’impact croissant de l’humanité sur la vie sauvage. 

 « Le commerce de la faune sauvage constitue un risque évident de transmission de virus : 65 % des maladies émergentes sont issues des animaux. Ebola, Covid-19, SRAS, le Sida, toutes ces maladies d’origine virale prospéraient chez les animaux sauvages avant de franchir la barrière des espèces. La chasse, le commerce et la consommation d’animaux sauvages constituent dès lors un risque sérieux pour l’humanité », a indiqué Conservation justice.

A cet effet, elle a salué les efforts fournis par le Gabon dans le cadre de la protection du pangolin dont les écailles font l’objet de trafic à l’international. Outre le renforcement de la législation qui prévoit des peines allant jusqu’à dix ans de prison pour les trafiquants d’ivoire, les contrôles sont renforcés aux frontières. Suite à la mesure prise par les autorités « on note une baisse du commerce de la viande de pangolin au Gabon, qui est sans doute une conséquence de la crise sanitaire actuelle ». 

En effet sur les marchés gabonais, les commerçants illicites ont perdu leurs meilleurs clients. Ces derniers affirment que des acheteurs, généralement des Chinois, venaient se procurer la grande partie de leur cargaison de pangolin. « La nouvelle interdiction vient ainsi renforcer la protection de cette espèce mais aussi des populations », a noté l’ONG.

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Street 103 Gabon Gmt