mercredi,28 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : la Cour des Comptes égratigne un peu plus le groupement...

Gabon : la Cour des Comptes égratigne un peu plus le groupement Santullo Sericom

Alors que le Gabon vient de se voir condamné par la Cour d’arbitrage de la Chambre de commerce de Paris, à verser au groupement Santullo Sericom Gabon SA la somme de 90 milliards de FCFA, la Cour des Comptes vient de dévoiler un rapport accablant. Ainsi, dans un rapport d’audit sur les projets d’investissements routiers confiés au groupement, la juridiction financière a mis en exergue de nombreuses irrégularités.

C’est ce qui ressort d’un récent rapport d’audit de la Cour des comptes, comme le rapportent nos confrères du site LenouveauGabon. Alors que le Gabon vient de remporter une petite victoire dans la bataille judiciaire qui l’oppose au groupement Santullo Sericom, en se voyant condamné à verser 90 milliards de FCFA à la société de BTP contre les 387 milliards de FCFA initialement demandés, la Cour des comptes vient de jeter un nouveau pavé dans la marre. 

En effet, dans ce rapport, la juridiction financière est revenue sur les projets d’investissements routiers confiés au groupement Santullo Sericom Gabon SA sur la période 2010 à 2015. Force est de constater que selon le rapport, de nombreuses irrégularités ont été constatées. Première d’entres elles, une planification et une programmation budgétaire pour le moins aléatoire. Ensuite, la Cour des comptes révèle des conditions de passation de marchés n’obéissant à aucune règle de concurrence.

Outre ces deux griefs, la juridiction révèle que les conditions d’exécution des marchés, notamment la certification contradictoire du service fait et les missions de contrôle, n’ont pour ainsi dire, jamais été conformes. Pour couronner le tout, les normes de qualité sur les différents projets n’ont pas toujours été respectées. Résultat? Une gestion polluante des déchets issus de la construction des routes et une surfacturation de près de 40 milliards de FCFA. 

Ainsi, si l’on se fie à ce rapport, la dette de l’État vis à vis du groupement Santullo Sericom s’établit à un peu moins de 81 milliards de FCFA. Un montant qui au regard des nombreux griefs enregistrés, aurait logiquement été revu à la baisse. Si le rapport de la cour des comptes met en branle le dossier de la société de BTP, il met également en lumière les dysfonctionnements administratifs, en matière d’attribution de marchés. 

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion