Gabon : la Cour d’appel se déclare incompétente pour la mise en liberté provisoire de Bertrand Zibi

Gabon Gabonmediatime Bertrand Zibi Abeghe Gabon
L'ancien député Bertrand Zibi Abeghe au tribunal de Libreville © D.R

Présent ce lundi 24 février 2020 devant les juges de la Cour d’appel de Libreville, Bertrand Zibi qui avec l’appui de ses avocats dont maître avait présenté une demande liberté provisoire vient de se voir opposer une fin de non recevoir. Pour cause, la cour d’appel s’est déclarée incompétente sur la question de façon totalement énigmatique sans qu’elle puisse motiver les raisons d’une telle posture. Choqués, les avocats de l’opposant dénoncent une immixtion du pouvoir exécutif dans la sphère judiciaire. 


Les conseils de l’opposant proche de Jean Ping s’attendaient certes à une possible entourloupe comme l’a habitué la Justice gabonaise. Maître Moumbembe et les siens s’attendaient à tout sauf à ce dénouement totalement inattendu de la cour d’appel de Libreville qui saisie pour une demande en liberté provisoire s’est dédite en se  déclarant incompétente sur la forme. Une posture que son avocat ne digère pas. Pour ce ténor du barreau gabonais, il n’y a aucun doute que cette décision a été influencée par le pouvoir en place. « La République est par terre. J’ai l’impression que le pouvoir judiciaire est aux ordres. Je le dis avec force mais sans fracas » s’est-il exprimé avec désolation en l’absence de son client qui n’a pas été extrait de la prison centrale de Libreville. 

S’expliquant ensuite sur l’aspect juridique de la situation, maître Moumbembe n’a pas manqué d’exprimer son étonnement devant ce qu’il a qualifié de fait inédit dans l’histoire judiciaire de notre pays non sans souligner l’incongruité et l’impertinence de la position de la cour d’appel sur la question. « C’est la première fois dans les annales judiciaires qu’une cour d’appel vienne se déclarer incompétente sur une demande de liberté. Je n’ai jamais vu cela. Quand on se déclare incompétent, on doit nous renvoyer devant une autre juridiction. Ce sont les règles processuelles. Vers quelle juridiction  nous envoient-ils ? Des motivations ont été demandées, mais rien n’a été don », at-il déclaré, visiblement scandalisé. 

Tout en indiquant qu’une autre audience est prévue pour le 9 mars 2020 aux fins de statuer sur le fond, maitre Moubembe a invité le président du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) Alexandre Barro Chambrier qui s’est lui aussi insurgé contre cette décision de la cour d’appel. 

« Betrand est maintenu dans les geôles de la prison pour des raisons politiques. Le peuple doit être conscient de ce que nous devons continuer la lutte pour libérer ce pays du joug de cette dictature qui s’immisce dans le système judiciaire. S’ils sont incompétents qu’ils dégagent. Ça fait 4 ans de prison qu’un père est privé de sa famille pour des raisons fallacieuses, car bertrand n’aurait jamais dû être en prison. Nous allons tout  faire tout pour le sortir de prison », at-il déclaré.

Laissez votre commentaire