jeudi,9 décembre 2021
AccueilActualitésGabon: la Conasysed et le Sena toujours sur le pied de guerre

Gabon: la Conasysed et le Sena toujours sur le pied de guerre

Ecouter cet article

C’est au terme de leur Assemblée générale qui s’est tenue le samedi 16 octobre 2021 à l’école Martine Oulabou que la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) et le Syndicat de l’éducation nationale (Sena) ont maintenu leur mouvement. À ce propos, les syndicalistes ont rappelé à leurs adhérents le maintien du boycott des cours et une grève générale jusqu’à satisfaction des revendications inscrites dans leur cahier de charges.

Malgré une rencontre avec le ministre de l’Éducation nationale, le Pr. Patrick Mouguiama Daouda, la Conasysed et le Sena ne semblent pas convaincus. Pour ces derniers, l’ultimatum donné par le membre du gouvernement pour résoudre les revendications inscrites dans le cahier de charges peine à convaincre. Ainsi, au cours de leur dernière Assemblée générale du samedi 16 octobre dernier, les syndicalistes ont annoncé la poursuite du boycott des cours de ce début d’année académique 2021-2022.

Alors, les deux grosses entités associatives du secteur éducatif ont annoncé le maintien de la grève générale sur l’ensemble du territoire et ce jusqu’à l’aboutissement de plusieurs points retenus lors de leur échange avec le ministre. Pour Fridolin Mve Messa et Patrick Mombo, leaders syndicaux, ce gel des cours ne pourrait être levé que sous certaines conditions « Nous attendons, un arrêté organisant les concours internes d’entrée à l’École nationale des instituteurs (ENI) et l’École normale supérieure (ENS), la décision ministérielle créant la commission de l’examen des dossiers des enseignants en activité dans le cadre du recrutement direct initié par la tutelle, et une audience avec le Premier ministre ».

Par ailleurs, les deux organisations syndicales ont demandé un renforcement du dispositif sanitaire dans les établissements pour mieux lutter contre le covid-19. De nombreux points sur lesquels sont attendus le ministre de l’Éducation nationale, Pr. Patrick Mouguiama Daouda mais aussi le ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail et de la Formation professionnelle; Madeleine Berre. Lesquels devront prendre ce problème à bras le corps en résolvant les revendications les plus urgentes inscrites dans le cahier de charges des deux syndicats pour la bonne marche de l’année scolaire 2021-2022.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop