samedi,5 décembre 2020
Accueil A La Une Gabon: la coexistence Sogatra-TransUrb, pose problème aux députés

Gabon: la coexistence Sogatra-TransUrb, pose problème aux députés

Devant l’Assemblée nationale pour s’expliquer sur le projet de loi portant création, attribution et organisation de la société de transports urbains puis celui sur la création et l’organisation du Fonds autonome national d’entretien routier (Faner), le ministre des Transports, de l’équipement, des infrastructures et de l’habitat Léon Armelle Bounda Balonzi n’aura finalement pas convaincu la représentation nationale qui depuis plusieurs mois, est gênée par l’aspect occulte qui entoure la coexistence entre la Sogatra et Trans-Urb.    

En octobre 2019, les locataires de la Chambre basse du Parlement s’étaient déjà opposés au versement d’une subvention pour la Société gabonaise de transport urbain (Trans-Urb) alors que la Société gabonaise de transport (Sogatra) bénéficiait  déja dans les faits de la même subvention. Justin Ndoundagoye à l’époque ministre des Transports s’était en effet fait rabrouer par les députés sur la question. Léon Armel Bounda Balonzi vient presque de subir le même sort. 

Le vendredi 12 juin dernier, le ministre des Transports, de l’équipement, des infrastructures et de l’habitat se présentait devant les députés membres de la Commission de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales. Lesquels l’ont contraint à passer devant une commission ad hoc pour s’expliquer et pour justifier la pertinence du projet TransUrb. Nos confrères de l’hebdomadaire la Loupe nous révèlent que Léon Armel Bounda Balonzi n’a été que très peu convainquant s’agissant de la compagnie de transport urbain. « Si les explications générales données par Bounda Balonzi sont audibles, l’existence de deux sociétés de transport public pose problème aux députés »,a-t-on pu lire. 

Les députés se sont en effet interrogés sur la justesse et le bien fondé de l’existence deux sociétés de transport urbain l’occurrence Trans-Urb et Sogatra alors que le premier, dans les faits, avait été créé pour soutenir et empêcher le second de mettre la clé sous la porte. « Pourquoi le gouvernement ne renforce-t-il pas simplement la gouvernance et le parc automobile de Sogatra ? C’est un mystère », se seraient interrogés les députés comme nous le renseigne La Loupe.  

Des doutes qui se sont accentués au regard de l’inconformité légale du lancement de la la Société gabonaise de transport urbain (Trans-Urb)dont « l’ordonnance de création demande à être ratifiée, alors que Trans’Urb est déjà opérationnelle » souligne en outre l’hebdomadaire. Il va sans dire que la Chambre basse du Parlement gabonais depuis octobre 2019 reste hésitante et tâtonnante sur la création de Trans-Urb. « Comment expliquer la création d’une nouvelle société étatique prévue pour fonctionner avec la subvention de l’Etat alors que celle qui bénéfici déjà de cette subvention et placée sous la tutelle du même département ministériel demeure dans l’incapacité de garantir un service public digne aux populations » avaient-ils mentionné. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion