Gabon: la Coalition exige l’«annulation pure et simple» de la réforme d’attribution des bourses

Le porte-parole adjoint de la Coalition pour la nouvelle République Armelle Yembi Yembi © GMT

La polémique sur la décision de modification des critères d’attribution des bourses continue de susciter des réactions au sein de l’opinion et de la sphère politique gabonaise. La dernière en date est celle de la Coalition pour la nouvelle République qui au cours d’une déclaration rendue publique ce mercredi 17 avril à la Résidence de Jean Ping sis aux Charbonnages a fustigé cette décision et a demandé son retrait.



C’est par la voix de son porte parole adjoint Armelle Yembi Yembi que la Coalition pour la nouvelle République a tenu à réagir à la mesure portant modification des critères d’attribution des bourses d’études. Une décision qui avait mis le feu aux poudres provoquant des manifestations des élèves des lycées et collèges sur l’ensemble du territoire national. Pour la CNR, cette décision devrait avoir pour conséquence « une restriction toujours plus grande et plus injuste du nombre d’enfants accédant à la bourse dans l’enseignement général ».

En présence de l’ensemble des responsables des partis politiques membres de la Coalition pour la nouvelle République, le porte parole de ce rassemblement a relevé que cette mesure s’inscrivait dans une succession de « décisions politiques irréfléchies et qui ne se soucient guère des implications sur la vie des populations ». Elle a poursuivi en soulignant qu’en optant pour une limite d’âge de 27 ans 27 ans dans l’enseignement le gouvernement violait le principe de l’égalité des citoyens devant le service public de la bourse.

Pis, en procédant de cette manière, la Coalition estime que le gouvernement conduit par Julien Nkoghe Bekale vient « discriminer davantage et précariser une jeunesse déjà en proie aux affres d’une gouvernance politique, économique et sociale piteuse ». « Où est donc l’égalité des chances tant vantée à cors et à cris par ses promoteurs devenus soudain aphones? », s’est-interrogé Armelle Yembi Yembi.

Par ailleurs, réagissant à la récente annonce de la suspension de ladite mesure la Coalition pour la nouvelle République s’est montré ferme estimant que « la suspension de la mesure ne suffit pas ». « Nous exigeons son annulation pure et simple », a martelé l’ensemble des membres de la Coalition.

Laissez votre commentaire