Gabon: la Coalition affiche son unité retrouvée et demande la vacance du pouvoir

Jean Ping en rassembleur de la coalition pour la nouvelle République © GMT

C’est à la faveur d’une déclaration rendue publique ce mercredi 10 avril 2019 que l’ancien candidat à l’élection présidentielle du 27 août 2016 a tenu à s’exprimer sur les événements récents qui ont secoué le pays. Occasion choisie par les leaders de la Coalition pour la nouvelle République d’afficher une unité retrouvée comme lors du scrutin présidentielle et exiger la déclaration de la « vacance du pouvoir  dans l’esprit de la Constitution »



C’est en présence de plusieurs leaders de l’opposition notamment Zacharie Myboto de l’Union nationale, Alexandre Barro Chambrier du Rassemblement des patriotes pour la modernité (RPM); Jean François Ntoutoume Emane du Rassemblement des patriotes républicains, Nicolas Nguema et Thomas Ibinga de Pour le changement (PLC); Didjob Divungi Di Ndinge  de l’Alliance démocratique et républicaine » (Adere) ou encore des Souverainistes-Écologistes Francis Hubert Aubame, que Jean Ping a tenu à lancer un appel au sursaut commun pour la Patrie.

Des leaders de la Coalition pour la nouvelle République © GMT

Une déclaration sous les auspices de l’union quelque peu retrouvée après plusieurs mois de divergence. Sur ce point, l’ancien président de la commission de l’Union africaine a réaffirmé que leur objectif commun était la défense des « valeurs républicaines et démocratiques » estimant que « seules l’Unité et l’Union rendraient possible ce combat. Il est donc impératif de rétablir la dynamique que nous avons su créer dans l’intérêt supérieur de notre pays. Nous devons suivre le chemin que la Nation nous impose d’emprunter.Nous devons protéger les intérêts premiers des Gabonais lorsque leur avenir s’emplit d’autant d’incertitude et de désespoir. C’est de notre responsabilité », a-t-il martelé.

Dans la même veine, il a relevé qu’il était plus qu’impératif de sortir des désaccords et autres différends en raison de l’extrême gravité de la situation actuelle que traverse le Gabon. Il a pour ce faire salué cet événement qui marque la consolidation de cette fédération historique. Revenant sur l’incertitude qui règne au sommet de l’Etat,, il a martelé que « le pouvoir usurpé est vacant. ce dernier , en raison de son état de santé, ne peut plus assumer ses charges ; et le Gabon est sans avenir ».

« Nous avons alors tous l’obligation, tant nous-mêmes Gabonais de tous bords politiques, que les forces vives de la Nation et la communauté internationale, de trouver la voie pour en sortir, durablement. A cet effet, j’interpelle les tenants du pouvoir, à savoir, le Gouvernement, l’Assemblée Nationale, le Sénat, la Cour Constitutionnelle. A chacun de prendre ses responsabilités devant Dieu et devant l’Histoire pour la déclaration de la vacance du pouvoir dans l’esprit de la Constitution », a martelé celui qui continue de réclamer sa victoire au scrutin présidentiel de 2016.

Laissez votre commentaire