Gabon: la Cnamgs rassure sur la reprise des prestations dans les hôpitaux

Renaud Allogho Akoué, le directeur général de la Caisse d’assurance maladie et de garantie sociale © D.R

C’est dans le cadre d’une interview accordée au site d’actualité La Source, que le Directeur général de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS), Renaud Allogho Akoue a tenu à édifier l’opinion sur la suspension des prestations au sein des établissements hospitaliers publics. A cet effet, il s’est voulu rassurant sur la reprise de la prise en charge  des patients dans ces structures.



Depuis plus de deux semaines, les centres hospitaliers universitaires de Libreville et d’Owendo ne reçoivent plus les assurés de la CNAMGS suite au non paiement des prestations des assurées auprès de ces structures. Une situation difficile pour les patients qui ne savent plus à quel saint se vouer faute de moyens pour aller se faire soigner en clinique.

C’est dans l’optique d’enrayer cette crise qui a un impact social indéniable, Libreville comprenant plus de la moitié des assurés avec près de 53% des économiquement faibles, que le directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale a tenu à rassurer l’opinion sur les efforts consenti par cette structure dans l’apurement de la dette due aux hôpitaux. « Nous avons pris l’engagement, en accord avec notre tutelle, de parvenir à alléger cette dette. Donc d’ici peu, la relation avec les hôpitaux reviendra à la normale », a rassuré Renaud Allogho Akoue.

Il a d’ailleurs tenu à rassurer sur le travail fourni par ses équipes afin d’améliorer le système de santé des Gabonais.  « Pour ce qui concerne les pharmacies, non seulement il n’y avait pas un encours important, mais encore nous avons pu trouver une solution pour le paiement de leurs factures dans un délai de 24 heures. Ceci a été rendu possible grâce à un partenariat que nous venons de parapher avec la banque panafricaine Ecobank qui va nous accompagner dans cette démarche », a-t-il indiqué.

Laissez votre commentaire