Gabon : la cellule de BLA aurait pris feu et ses mémoires réduits en cendre

Gabon Gabonmediatime Brice Laccruche Alihanga
l'ancien DCPR Brice Laccruche Alihanga © D.R.

Détenu à la prison centrale depuis décembre 2019 pour des faits présumés de malversations financières, le directeur de cabinet politique d’Ali Bongo Ondimba, aurait vécu une semaine assez particulière. Sa cellule aurait pris feu, créant une panique à la prison centrale et emportant dans les flammes, ses écrits selon une source cité par le site Gabonactu.  


L’ancien tout puissant directeur de cabinet civil du président de la République Ali Bongo Ondimba, Brice Laccruche Alihanga détenu de façon préventive à la prison centrale de Libreville dans le cadre de l’opération scorpion, aurait été victime cette semaine, dans sa cellule, d’un incendie dont on ignore toujours les causes ni la nature nous informent nos confrères de Gabonactu

« La cellule du détenu préventif  Brice Laccruche Alihanga, ancien tout puissant Directeur de cabinet du Président de la République  aurait pris feu, provoquant ainsi une grosse panique dans la prison centrale de Libreville. Le prisonnier  Brice Laccruche Alihanga aurait été dans la foulée exfiltré par des geôliers » pouvait-on lire sur le site d’actualité de Gabonactu. 

Selon la même source, l’incendie dont on ne sait s’il est arrivé naturellement ou s’il a été provoqué « a littéralement ravagé tous les mémoires de l’occupant de la cellule » . Le président de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) aurait trouvé son refuge dans l’écriture. Une sorte d’exutoire pour lui après avoir connu cet ascenseur émotionnel oscillant, entre pouvoir, toute puissance, incarcération et privation de privilège. « Il faut dire que dans sa cellule il écrit beaucoup », aurait confié une source à nos confrères. 

L’incendie est-il de nature criminelle ? Qui gagnerait à voir un Brice Laccruche Alihanga au sommet de l’Etat dans une période critique et fragile de notre histoire, après l’accident vasculaire cérébral d’Ali Bongo Ondimba périr dans un incendie ?  A qui profiterait le crime? Les questions restent pendantes mais remettent au goût du jour, les suspicions sur la volonté de certains de ne pas voir Brice Laccruche Alihanga parler conscient de ce qu’il tient certainement un lourd secret, capable peut être de faire vaciller la République. 

Joint au téléphone par Gabon Media Time la Communication gouvernementale assure « ne pas être informé de l’incendie dans la cellule de l’ancien directeur de cabinet du président de la République ». Une position qui contraste avec celle des avocats de Brice Laccruche Alihanga qui insistent depuis plusieurs semaines sur les violences subies par certains détenus.

Laissez votre commentaire