Gabon: la CDC procède au déguerpissement des squatters de son lotissement de Mindoubé

La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) dans le cadre de la construction de 300 logements dans la zone de Mindoubé au profit des populations gabonaises, a sommé les occupants illégaux de vider les lieux de ce lotissement acquis en 2013 pour un montant de 3,3 milliards de Fcfa. Une opération de déguerpissement qui a été menée par  les forces de l’ordre, mardi 16 avril dernier, après plusieurs années de négociation sans succès, suivi de l’expiration de l’ultimatum lancé il y a plus d’un mois par voie de presse,


C’est dans l’optique de démarrer son nouveau programme de construction de 320 logements dans la zone de Mindoubé dans les plus brefs délais, que la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a procédé, mardi dernier, à une vaste opération de déguerpissement des squatters occupant illégalement son lotissement.

Cette opération intervient au terme de plusieurs années de négociation et de l’expiration de l’ultimatum lancé il y a plus d’un mois par voie de presse, conformément aux dispositions de l’ordonnance N°343 du 24 Aout 2018 rendue par le Président du tribunal de Première Instance de Libreville. Cette ordonnance reconnaissait que la CDC est bien le propriétaire de ladite parcelle, et l’autorisait de ce fait à faire libérer les lieux.

Par ailleurs, l’arrêt de la Cour d’Appel du 25 mars 2019 de la chambre de référé civil judiciaire de Libreville, répertoire N°36 / 2018-2019 est venu confirmer l’ordonnance de référé du 24 Aout 2018.

La CDC est propriétaire de cette parcelle de terrain d’une superficie de 142 941 mètres carrés au quartier Mindoubé, « objet du titre foncier N°21081 de la parcelle N°20 sections AP du plan cadastral de Libreville ». Elle a été acquise en 2013 pour la somme de 3,3 milliards de Fcfa.

Après avoir largement dépassé les délais et au vu de l’échec des négociations de conciliation entamées par la CDC durant 6 ans, l’institution financière a dû se résoudre à solliciter l’intervention des forces de l’ordre accompagnées d’un huissier de justice pour faire respecter la décision de la Cour d’appel de Libreville et lancer enfin les travaux de ce nouveau chantier.

Pour rappel, la CDC est un instrument stratégique de l’État dans la mise en œuvre des projets de développement. C’est pour cela qu’elle a mené ces dernières années avec succès des projets immobiliers tels que « Les Bougainvilliers » et la future cité « Magnolia » dans la commune d’Akanda, dont l’inauguration est prévue pour le second semestre 2019.

Par ce projet d’envergure, la CDC entend poursuivre sa mission d’offrir un cadre de vie moderne et fonctionnel aux populations conformément au rôle qui lui a été assigné par l’Etat gabonais.

Laissez votre commentaire