Gabon: la CAON-FED plonge ses agents dans la précarité depuis 10 mois

Ghislain-Firmin Lendoye, Coordonnateur de la CAON-FED © Caon-Fed

La situation socio-économique du Gabon est-elle loin de s’être améliorée? C’est la question qu’on pourrait se poser au vu de la multitude de tensions observées au sein de certains organismes étatiques qui peinent désormais à assurer le paiement régulier de leurs salariés. C’est le cas à Cellule d’appui à l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (CAON-FED) où depuis 10 mois,  les agents peinent à rentrer en possession de leur rémunération. 

Voilà bientôt plusieurs mois que les agents de cette structure chargée de la supervision, la coordination et la mise en œuvre des projets/programmes financés par le FED ne savent plus à quel saint se vouer. En effet, depuis près de 10 mois ces derniers sont privés de salaire sous le regarde indifférent du gouvernement mais surtout de son ministère de tutelle notamment celui chargé de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales Roger Owono Mba. 

Si au dire des agents, le ministre de l’Economie, des Finances et des Solidarités nationales, Roger Owono Mba avait donné des assurances sur le règlement de la situation en saisissant par plusieurs courriers le directeur général de la Comptabilité Publique et du Trésor Franck Yann Koubdje, ce dernier selon certaines indiscrétions tarde à s’exécuter. 

Une situation incompréhensible pour les agents alors que se profile la rentrée scolaire et qui semble ne pas être la priorité du Coordonnateur de la CAON-FED Ghislain-Firmin Lendoye. Alors que ce dernier devrait interpeller la tutelle et même la direction générale de la Comptabilité Publique et du Trésor, ce dernier préfère se terrer dans un silence assourdissant. Pour comprendre cette posture pour le moins ambiguë, Gabon Media Time a introduit une demande d’audience auprès de ses services pour obtenir sa version des faits depuis le lundi 9 septembre 2019. Demande qui jusqu’à lors est sans réponse.   

Une injustice qui jette les agents de cette administration dans la précarité la plus totale sans que cela n’émeuve leur patron. «Il est difficile pour moi et mes collègues d’assumer nos obligations familiales et sociales même les plus minimales, ni d’ailleurs de supporter les frais de transport nécessaires pour nous rendre sur le lieu de travail », a d’ailleurs confié une des agents.

La situation intolérable des agents de la Cellule d’appui à l’ordonnateur national du Fonds européen de développement devrait dès lors interpeller les plus hautes autorités en tête desquelles le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Faut-il relever que lors de son discours du 16 août 2018, il avait rappelé le  droit des Gabonais à vivre dans  des conditions dignes, et ce droit  passe par le paiement régulier des salaires des agents contractuels et autres assimilés. Nous y reviendrons. 

Laissez votre commentaire