Gabon: la Caistab clôt la deuxième phase du programme Jecca

Le directeur général de la Caistab Luther Steeven Abouna Yangui, troisième en partant de la droite, entouré des entrepreneurs du pojet Jecca © GMT

Lancée le jeudi 7 juin 2018 à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué, la deuxième phase du programme Jeunes entrepreneurs café-cacao (Jecca), a été bouclée ce vendredi 19 avril 2019.  Ainsi, ce sont 100 jeunes issus de 7 provinces qui ont été formés et installés dans leurs plantations de cacao et de café afin de relancer de manière durable la production du Gabon.



C’est au cours d’une cérémonie présidée par le directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) Luther Steeven Abouna Yangui que s’est déroulée la clôture de la phase 2 du programme Jecca. Ce projet qui a pour objectif de relancer durablement la filière café-cacao en zone rurale à travers la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes.

Occasion choisie pour le coordinateur de ce programme Parfait Edgard Biteghe de présenter le rapport final de cette deuxième phase. Ainsi sur un budget alloué de 311 millions de Fcfa, ce sont finalement 273 millions de Fcfa qui ont été exécutés soit 88%, ceci en dépit des aléas liés au mauvais état des tronçons routiers. Il n’a pas manqué de démontrer l’impact du Jecca et les perspectives y relatives.

« Nous avons intégré 100 jeunes issus de 7 provinces vivant en milieu rural et âgés de 20 à 40 ans. Concrètement le Jecca 2 c’est 24 tonnes de banane. Pour le cacao et le café c’est 2308 régimes récoltés et vendus soit 7 353 140 Fcfa. Sous peu nous visons intégrer la Nyanga et l’Ogooué maritime. Conserver l’aide au sarclage et mettre en place des coopératives », a-t-il précisé.

Le directeur général de la Caistab Luther Steeven Abouna Yangui © GMT

Le directeur général de la Caistab en a profité pour décliner ses impressions et le plan d’action relatif au programme qu’il entend poursuivre afin de contribuer au développement économique du pays. « la Caistab tiendra tous ses engagements pour la poursuite de ce projet qui installera 100 nouveaux jeunes dans la phase 3. Aujourd’hui l’âge moyen des planteurs est de 70 ans et celui des plantations est à 50 ans or la norme c’est 25 ans », a-t-il indiqué, avant de procéder à la remise de décoration au meilleur point focal du programme.

Pour rappel, Le programme Jecca ambitionne de sédentariser le jeune Gabonais vivant dans un espace rural. L’objectif général est d’installer 250 jeunes dans les 3 phases dont la première phase avait formé 50 jeunes. Chacun d’eux évoluant sur une superficie d’un hectare de caféier ou de cacaoyer en association avec les cultures vivrières. Aussi, un appel à des bailleurs de fonds a été lancé par le coordinateur dudit programme.

Laissez votre commentaire