mercredi,27 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: la banque de projets d’investissements publics toujours attendue

Gabon: la banque de projets d’investissements publics toujours attendue

Ecouter cet article

Annoncée dans la loi de finances rectificative 2020, en vue d’accentuer la transparence dans la gestion des marchés publics et donc des deniers publics,  la banque de projets d’investissements est toujours attendue. Censée recenser  l’ensemble des projets quel que soit leur mode de financement, cette banque de projets d’investissements peine jusque-là à voir le jour, malgré l’urgence « de garantir la transparence et la responsabilisation dans la gestion des ressources publiques ».

« Plus de 200 marchés signés en 2021 mais aucune exécution à deux mois de la clôture de l’année ». Tel est le constat dressé par Patrice Inguila, secrétaire général du ministère du Budget et des comptes publics, lors d’une récente rencontre avec les Directeurs Centraux des Affaires Financières (DCAF). Un constat qui en plus d’être accablant pour les autorités en charge de la planification budgétaire, souligne la nécessité de mettre en place la banque de projets d’investissements publics.

En effet, pouvant permettre un meilleur suivi de l’exécution des marchés publics, cette banque de projets d’investissements publics, gage de « transparence et de responsabilisation dans la gestion des ressources publiques » reste pour l’heure introuvable. Le tout, alors même que la Task force sur la dette intérieure a multiplié il y a quelques mois les révélations, en ce qui concerne l’ampleur des fausses factures et autres subterfuges mis en place par certaines entreprises pour « rouler » l’Etat.

Censé recenser l’ensemble des projets quel que soit leur mode de financement, cette banque de projets contenue dans la loi de finances rectificative (LFR) 2020, soit il y a bientôt deux ans, peine à voir le jour malgré le fait qu’elle devrait « permettre de constituer un fichier unique de la liste des projets du secteur public ayant fait l’objet d’une étude préalable » comme le martelait Jean Marie Ogandaga, ministre de l’Economie de l’époque.

Dans un monde où l’information économique est prépondérante dans la prise de décision, difficile de comprendre les raisons pour lesquelles, cette banque de projets, à l’image des notes de conjoncture, tableaux de bord de l’économie, rapport d’exécution budgétaires, rapport économique social et financier et autres rapports des dépenses liés au covid-19, manque à l’appel. 

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Enami Shop