Gabon: La 28ème promotion des Douanes toujours dans la précarité

Les recrues sur la cours de l'école de gendarmerie d'Owendo © D.R

La promotion 2017 des Douanes gabonaises ne voit pas encore le bout du tunnel. Entrée en grève depuis le 21 janvier dernier, elle n’est pas encore sortie de l’auberge, malgré un léger avancement dans son dossier. En effet, après plusieurs rencontres avec le ministère de l’Economie, de la Prospective et de la Programmation du Développement et du ministère du Budget et des Comptes publics, les agents ont reçu en début de semaine une première tranche de 25% de leurs primes.



Rentrée en grève en janvier dernier et réclamant la régularisation de leurs situations administratives, la 28ème promotion des Douanes gabonaises espère une meilleure prise en compte par le gouvernement de leur situation. « Les discussions que nous avons eu avec la tutelle augurent de meilleurs lendemains. Nous espérons que les nouvelles dispositions seront respectées », a déclaré une source proche du dossier.

La tutelle a promis de payer 25% de primes pendant trois mois à l’issue desquels leur régularisation sera effective et totale. « L’intégration au sein de la Fonction publique et la cérémonie de prestation de serment sont également en ligne de mire, mais prendront peut-être un peu plus de temps », apprend-on de la même source.

Si ce léger avancement semble soulager les agents de la 28ème promotion des Douanes gabonaises qui exercent depuis la fin de leur formation, il n’en demeure pas moins que le président de la Confédération des Syndicats des régies financières et administrations assimilées (Cosyref), Wilfried Erisco Mvou Ossialas, a dénoncé cette situation qu’il a traité de « génocide silencieux ».

Le gouvernement entendra-t-il le cri de désespoir de ces pères et mères de famille avant qu’il ne soit trop tard ?

Laissez votre commentaire