mercredi,18 mai 2022
AccueilDerniers articlesGabon: jusqu'à 3 ans et 10 millions FCFA en cas d'introduction d'une...

Gabon: jusqu’à 3 ans et 10 millions FCFA en cas d’introduction d’une arme dans une école !

Ecouter cet article

Les actes de violence en milieu scolaire au Gabon sont de plus en plus décriés par les observateurs aguerris dudit secteur. Une situation qui serait, en partie, due au laisser-aller constaté autour de l’introduction d’armes de tous genres dans les établissements scolaires. Pourtant le législateur prévoit en l’article 148 du Code pénal gabonais une peine maximale de 3 ans et 100 millions FCFA à l’encontre des auteurs de cette infraction pénale.

À Libreville, Port-Gentil, Franceville voire Oyem, les surveillants généraux semblent submergés par les actes de délinquance juvénile à laquelle se livrent les apprenants. Lors des fouilles aux abords des entrées de ces établissements, ce sont des armes blanches qui sont très souvent recensées parmi les objets et ustensiles interceptés. Il s’agit entre autres de Bistouri, couteau de boucher et cutters. Sapristi !

Sans justifications logiques, ces jeunes gens sont pour la plupart dénoncés et renvoyés à réaliser des travaux d’intérêt général dans ledit établissement scolaire. Une sanction aux élans disciplinaires qui mérite tout de même d’être élargie aux sanctions prévues par la loi pénale qui n’est autre que la concrétisation du principe de légalité criminelle. Et ce, du fait que l’introduction d’une arme pourrait constituer une mise en danger d’autrui.

D’ailleurs, l’article 148 du Code pénal nouveau dispose que « quiconque, habilité ou autorisé à pénétrer dans un établissement scolaire, y pénètre ou s’y maintient en étant porteur d’une arme sans motif légitime, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 10.000.000 de francs d’amende au plus ». Les auteurs peuvent être des apprenants, des enseignants ou des membres du corps administratif. Il est tout aussi prévu des sanctions complémentaires telles l’interdiction des droits civiques, civils et de famille et la confiscation desdites armes.

Lyonnel Mbeng Essone
Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Global Media Time Gif
Enami Shop