dimanche,20 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Julien Nkoghe Bekale s'auto-satisfait de son maigre bilan à la Primature

Gabon: Julien Nkoghe Bekale s’auto-satisfait de son maigre bilan à la Primature

C’est à l’occasion de la passation de service à la primature entre le nouveau locataire de Boulevard Jean Paul II Rose Christiane Ossouka Raponda et son prédecesseur Julien Nkoghe Bekale, que ce dernier a fait le bilan de ses actions comme Premier ministre. Un bilan pour lequel il s’est étonnement satisfait en énumérant des prétendues réalisations qui n’existent en vérité que dans son imaginaire. En fin démagogue, l’ex Chef du gouvernement a fait par ce discours de passation de charge, la démonstration des raisons pour lesquelles Ali Bongo Ondimba a fait le choix de l’évincer de sa fonction de numéro 2 de l’exécutif.  

Julien Nkoghe Bekale, c’est l’histoire d’un homme evincé de son poste de Premier ministre mais tente de faire croire que son passage à la Primature s’est soldé par plus ou moins de succès. La couleuvre, l’homme avait à l’idée de la faire passer en prononçant son discours pendant la passation de service actant la prise de fonction du nouveau Chef du gouvernement Rose Christiane Ossouka Raponda. 

Sans cligner des yeux et résolument sans pudeur, Julien Nkoghe Bekale, estime dur comme fer que le gouvernement qu’il a dirigé a obtenu des « avancées significatives dans de nombreux domaines de la vie de la Nation ». C’est en cette occurrence que certain de sa vérité personnelle, il va énumérer les actions qui, à son sens, ont couronné son passage à la tête du gouvernement

Sur le secteur Santé, fortement marqué par la crise relative à la covid-19, l’ancien Premier ministre va annoncer que son équipe et lui ont « obtenu une baisse tendancielle de la courbe évolutive de la pandémie du Coronavirus » et qu’il reste à « consolider les acquis actuels et éviter une deuxième vague de la pandémie, en particulier à l’intérieur du pays ». S’agissant de la riposte, le Gabon comptabilise actuellement plus de 6500 cas.  

L’occasion de rappeler à Julien Nkoghe Bekale que la Guinée Equatoriale compte 3071 cas positifs et le Tchad 880 cas positifs, pour ne citer que ceux-là. Le nombre total des cas positifs de ces deux pays voisins dont la population cumulée est de près de 22 millions d’habitants, est inférieur à celui du Gabon qui compte sensiblement à peine 1 million 800  habitants. Constatez la vision de l’efficacité selon l’ancien locataire de la Primature résolument aux antipodes de celle conventionnellement reconnue.

Pour cette crise exclusivement, des moyens colossaux ont été dégagés pour des résultats plus qu’insuffisants au regard de la manne financière décaissée par l’Exécutif pour renforcer le système de santé (66 milliards de FCFA), mais également par les partenaires techniques et financiers (85 milliards de FCFA). Loin du compte, malgré les nombreux dons collectés, notamment 60 millions de Gabon Telecom, 30 millions de la Fondation Seydou Kane, 90 millions d’Uba Gabon, 50 millions Airtel, 415 millions de la Communauté libanaise du Gabon, 100 millions de la BICIG, 102 millions pour les membres du gouvernement et deux contributions du chef de l’Etat. 

Sur le domaine de la route, Julien Nkoghe Bekale soutient avoir « accéléré le projet de réhabilitation des voiries du Grand Libreville et mis en place les fondements nécessaires au démarrage du projet emblématique de la transgabonaise ». Une réalité qui n’est effective qu’aux yeux de l’homme fort de Ntoum. Les voiries de Libreville sont toujours aussi défectueuses et la Transgabonaise un projet dont le lancement des travaux était annoncé en fanfare pour début septembre 2019 n’a toujours pas vu le jour. 

Sur la question de l’eau, l’ancien Premier ministre évoque « le projet intégré d’assainissement et d’adduction d’eau potable de Libreville (PIAEPAL) a été lancé pour réduire le stress hydrique auquel est confrontée notre capitale » conscient pourtant de ce que plusieurs quartiers de la capitale tels que Cosmopark, Awendjé, Plein Ciel, Akebe, Cité Mebiame, Akebe, PK9 Evasion, certaines zones d’Akanda ou encore Owendo depuis des années n’ont aucune goutte d’eau à leur robinet ou, doivent attendre très tard la nuit pour voir quelques gouttes couler des robinets juste quelques minutes. 

Pour couronner le tout, le député du 1er siège de la commune de Ntoum pour justifier son bilan sur l’éducation s’est appuyé sur le Programme d’investissement du secteur éducation (PISE), un programme initié en 2016 par le gouvernement gabonais et Financé à hauteur de 101 milliards de FCFA par l’Agence française de développement (AFD). Un moyen détourné, une entourloupe impertinente pour ne pas avoir à répondre du fait qu’il n’a fait sortir de terre aucune salle de classe pendant toute la durée de son passage à la Primature. 

A la lumière de toutes ces justifications hasardeuses et un tantinet illusoires, on peut mettre à l’actif de Julien Nkoghe, le fait d’avoir eu la pudeur de ne pas évoquer dans ses « avancées », le Programme de relance économique (PRE), un fiasco total car sur les 11 objectifs visés par le gouvernement, plus de 80 % n’ont pas été réalisés. Un échec cuisant et c’est peu de le dire.    

In fine, Julien Nkoghe Bekale aura laissé de son passage à la Primature, la trace d’un homme faible à la gestion mitigée, doublée d’une instabilité chronique. A en juger par les remaniements ministériels à n’en plus finir en moins d’un an, près de 10 au tatal. Un  Chef de gouvernement sans autorité, persiflé qui s’est tapi et couché devant Brice Laccruche Alihanga et ses Bla-boys, l’on se souviendra dee l’image de Cocobeach sur laquelle un de ses ministres se fait rabroué en sa présence par un simple agent de l’administration dont il est pourtant le chef. Président d’honneur de l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) son nom a notamment été associé au scandal politico-financier qui a conduit à la mise ne branle de l’opération anti-corruption Scorpion.

L’opinion lui a notamment fait un procès sur son manque de personnalité pour avoir, sous la pression de l’ancien tout puissant Directeur de Cabinet Brice Laccruche Alihanga, nommé à des postes de haute responsabilité des « enfants ». C’est d’ailleurs la remarque que lui avait faite le député Les Démocrates du 1er arrondissement de la Commune de Lambaréné l’honorable Davain Akouré. 

« A quoi vous attendiez-vous, monsieur, le Premier ministre, lorsque vous confiez à des enfants des responsabilités aussi lourdes, en mettant entre leurs mains des sommes d’argent aussi importantes », avait–t-il demandé au Chef du gouvernement.   

A ce procès vient se greffer un autre fait. Julien Nkoghe Bekale aura été pour le Gabonais, le Premier ministre qui a porté à l’Assemblée nationale le retrait de l’alinéa 5 de l’article 402 du Code pénal actant de ce fait la dépénalisation de l’homosexualité au Gabon. La prestation de charme sous fond de mea culpa, un tantinet sournoise et saupoudrée d’un zeste de felonie de Julien Nkoghe Bekale, pendant son discours de passation de service n’aura servie qu’à flatter son propre égo et se louvoyer en maquillant, comble de la démagogie, son échec cuisant à la Primature. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt