Gabon: Julien Nkoghe Bekale reçoit à son tour le gouverneur de la BEAC

Ce mercredi 10 juillet 2019, le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale a reçu en audience le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) Mahamat Abbas Tolli. Au coeur des échanges entre les deux personnalités, la situation économique de la zone, mais aussi la nouvelle réglementation de change entrée en vigueur il y a quelques mois. 

Après avoir été reçu par Ali Bongo ce mardi, le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) Mahamat Abbas Tolli a poursuivi son opération séduction auprès du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Ainsi, ce mercredi 9 juillet 2019, il a été reçu par le chef du gouvernement en présence du ministre de l’Economie et des Finances, Roger Owono Mba.

En effet, cette rencontre a tourné autour de deux sujets principaux à savoir : la conjoncture économique dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) et l’évolution de certaines réformes normatives. S’il a évoqué l’évolution de la situation économique en zone CEMAC qui est « en train de se consolider », le gouverneur de la BEAC a souligné que la zone « sera à 70% de taux de couverture de notre monnaie d’ici la fin de l’année », avant d’insister sur le fait que « nos réserves de change ont doublé ». 

En outre, la consolidation annoncée par le gouverneur de la Banque des Banques d’Afrique centrale aux autorités gabonaises, devrait selon lui, se traduire par une prévision de croissance de l’ordre de 3% pour l’année 2019. Evoquant les réformes en cours avec notamment celles liées à la nouvelle réglementation de changes, Mahamat Abbas Tolli a tenu à rappeler que la dernière refonte de cette réglementation remonte au début des années 2000, ce qui au regard de l’évolution économique est incompréhensible. 

En incluant quelques innovations dans l’industrie bancaire, avec principalement le paiement électronique et  les facilités accordées aux opérateurs économiques afin que ceux-ci aient au moins 30% de recettes d’exportations au niveau des banques, la BEAC a souhaité offrir « quelques souplesses dans l’exécution de cette réglementation de changes » comme l’a précisé le gouverneur de la BEAC qui s’en est félicité en rappelant qu’entre janvier et mai 2019, 1376 milliards de Fcfa ont déjà pu être rétrocédés à la Banque centrale. 

Laissez votre commentaire