Gabon: la Journée mondiale des sols célébrée à l’Université Omar Bongo

© D.R

A l’occasion de la Journée mondiale des sols (JMS) célébrée ce mercredi 5 décembre, l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le ministère de l’Agriculture ont réuni différentes parties dans l’enceinte de l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville. L’objectif de cette rencontre a été de sensibiliser la population sur les moyens de lutter contre la pollution des sols.

Les différents protagonistes de cette Journée mondiale des sols, la FAO, le Ministère de l’Agriculture et de l’élevage chargé du Programme Graine, les Instituts de recherche, les enseignants-chercheurs et étudiants de l’UOB, le ministère de l’Environnement et les organisations paysannes, ont débattu sur le thème « la pollution des sols: soyez la solution ».

Les enseignants et les étudiants du département de Géographie de l’UOB ont montré l’exemple en participant au projet « Université zéro déchet »  initié par l’ONG environnementale We Need. Ce projet qui apparaît comme une solution à la pollution des sols au sein de l’Université, consiste à collecter et à valoriser les déchets en les recyclant entre autres grâce à des techniques de compostage. Le compost issu de ce processus servira à fertiliser les cultures maraîchères et horticoles avec l’amélioration significative des rendements et de la qualité des produits.

Aubierge Moussavou, la secrétaire générale adjointe du ministre de l’Agriculture, qui représentait le ministère n’a pas manqué de s’exprimer sur la thématique retenue pour cette année qui selon elle est évocatrice « de l’ambition environnementale de notre pays ».

« Le Programme de développement durable et l’Accord de Paris sur les changements climatiques auxquels le Gabon a formellement et librement adhéré constituent pour nous des outils importants de soutien à la mise en œuvre du Plan opérationnel Gabon vert, composante essentielle du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) », a-t-elle poursuivi avant d’ajouter qu’ « un certain nombre d’initiatives ont été entreprises pour améliorer la qualité des sols ou en éviter la pollution. Certaines ont fait leurs preuves et d’autres restent à parfaire ».

Le Coordonnateur du Bureau Sous-Régional de la FAO pour l’Afrique centrale et Représentant de la FAO au Gabon, Hélder Muteia qui s’est exprimé à cette occasion a expliqué que « les sols sont donc au service de l’humanité dans un contexte où les projections de développement indiquent qu’à l’horizon 2050, le monde comptera environ 9,6 milliards d’individus (…) Nous devons plus que par le passé réserver aux sols, une place centrale au cœur des enjeux clés actuels à savoir la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la production de biomasse énergétique, le changement climatique, la perte de biodiversité et l’appauvrissement en eau ».

Laissez votre commentaire