Gabon: Jean Ping attendu lors du grand rassemblement de ce samedi

Après son discours à la Nation et la série de rencontres avec les ressortissants des 9 provinces du pays l’ancien candidat à l’élection présidentielle d’août 2016, qui continue de revendiquer sa victoire, Jean Ping sera face aux populations ce samedi 15 décembre 2018 à Nzeng Ayong dans le 6ème arrondissement de Libreville. Cette rencontre populaire aura pour objectif la revendication le rétablissement de la vérité des urnes du scrutin de 2016.

Ce sera sans aucun doute le premier rassemblement populaire le plus attendu depuis bientôt deux ans par les partisans de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine. Ainsi, Jean Ping et la Coalition pour la nouvelle République animeront cet important meeting ce samedi au quartier de Nzeng-Ayong au complexe Pierre et Paul.

Malgré la crainte d’un quadrillage de la zone par les forces de l’ordre, le principal leader de l’opposition s’est dit déterminé à « partager, avec le peuple gabonais, ce que doit être la direction à prendre et le cadre que j’ai défini en vue de conduire le Gabon vers la nouvelle destinée », a-t-il indiqué dans une déclaration sur sa page Facebook officielle.

Au moment où l’incertitude règne autour de l’état de santé d’Ali Bongo Ondimba, outre la nécessité pour Jean Ping de renouer le contact avec les populations, ce rassemblement a pour objectif d’interpeller chaque Gabonaise et Gabonais à prendre son destin en main comme il l’avait appelé lors de son discours à la Nation le 3 novembre dernier. Autre protagoniste clé lors de ce meeting, le gouvernement qui devra jouer sur une corde raide car il demeure dans l’oeil du cyclone de la Cour pénale internationale qui pourrait s’auto-saisir en cas de violation des droits de l’Homme et de nouvelles tueries au Gabon

« J’exhorte tous les individus et groupes concernés à s’abstenir de recourir à la violence. La Cour pourrait être appelée à exercer sa compétence à l’égard de crimes visés au Statut de Rome qui seraient commis à l’avenir au Gabon. Mon Bureau sera donc très vigilant à l’égard d’une éventuelle flambée de violence qui pourrait survenir », avait déjà averti le procureur de CPI Fatou Bensouda.

Laissez votre commentaire