vendredi,23 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: Jean Fidèle Otandault «il faut réorienter les politiques publiques»

Gabon: Jean Fidèle Otandault «il faut réorienter les politiques publiques»

Nommé à la tête du ministère en charge de la Promotion des investissements, des Partenariats public-privé, et chargé de l’amélioration du climat des affaires à l’issue du dernier conseil des ministres, Jean Fidèle Otandault devra s’atteler à offrir de nouveaux leviers à l’économie gabonaise. Ainsi, en marge de sa prise de fonction, l’ancien ministre du Budget a notamment souligné la nécessité de « réorienter les politiques publiques ».

Alors qu’il est aujourd’hui aisé de soutenir l’échec du Plan de relance de l’Économie (PRE) 2017-2019, le nouveau ministre de la Promotion des investissements, des Partenariats public-privé et chargé de l’amélioration du climat des affaires Jean Fidèle Otandault, n’a luimême pas caché son insatisfaction vis à vis de celui-ci.

En effet, nommé à la tête de ce département à l’issue du dernier conseil des ministres, l’ancien ministre de la dépense a notamment souligné que le PRE « n’avait pas apporté les résultats escomptés ». Reconnaissant l’échec d’un plan de relance qualifié « d’hérésie » par Raymond Ndong Sima l’un des plus brillants économistes gabonais, Jean Fidèle Otandault a plaidé lors de sa prise de fonction, pour une « réorientation des politiques publiques ».

Soulignant le fait que « beaucoup de pays africains dépourvus de matières premières ont axé leur développement sur les partenariats public-privé», cet expert comptable de formation a indiqué qu’il fallait désormais « financer le développement sans recourir systématiquement à l’emprunt qui devient toxique pour les économies africaines » notamment en attirant le maximum d’investissement directs étrangers (IDE) estimés pour le Gabon à moins de 10 milliards de dollars.

A l’heure où le Fonds monétaire international (FMI) émet de sérieux doutes quant à la viabilité des réformes liées à l’optimisation des finances publiques, l’ancien Directeur général du Budget et des finances publiques (DGBfiP) présenté comme un « homme des réformes », devra s’appuyer sur sa ministre déléguée Françoise Assengone Obame, mais aussi sur l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI) et le haut conseil des investissements.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt