lundi,23 novembre 2020
More
    Accueil A La Une Gabon: Jean Boniface Assélé accuse sa fille Nicole d’instaurer «l’anarchie» au...

    Gabon: Jean Boniface Assélé accuse sa fille Nicole d’instaurer «l’anarchie» au CLR

    C’est une guerre larvée au sein du directoire du Centre des libéraux réformateurs (CLR) entre le président fondateur Jean-Boniface Assélé et sa fille Nicole Assélé, déléguée générale dudit parti politique. Au centre du conflit, les récentes installations des coordinations du parti dans les arrondissements de Libreville qui auraient été faites sans l’aval du patriarche. Des mots que l’ancien homme fort du régime d’Omar Bongo Ondimba aurait couchés sur une correspondance datée du 10 août dernier affirme L’Union. 

    Un comportement provocateur qui frise le « mépris », c’est ainsi que le président fondateur du Centre des libéraux réformateurs a qualifié l’entreprise de sa fille Nicole Assélé après qu’elle eût, avec le délégué général adjoint, Alexandre Désiré Tapoyo, procédé aux installations récentes des coordinations du CLR dans les différents arrondissements de la Capitale. 

    Une démarche qui n’a visiblement pas plu à Jean Boniface Assélé, lequel n’a pas manqué de rappeler à sa fille du reste déléguée générale du Parti le principe que « décliner la vision politique du CLR relève exclusivement des prérogatives du Conseil politique sinon de son président, et je n’ai pas souvenir en cette qualité, d’avoir autorisé quiconque à décliner une nouvelle orientation », a-t-il rappelé dans sa correspondance. 

    Et l’ancien commandant en Chef de la police nationale de poursuivre. « Cette attitude qui relève de l’anarchie, frise la provocation, le mépris et met à mal l’intégrité du parti et la crédibilité de son plus haut responsable que je suis ». Une sortie au sein de laquelle on peut lire en filigrane une façon de réaffirmer son autorité au sein de sa formation politique dont il reste le véritable décideur. Une autorité qu’il a en outre mise en branle en intimant l’ordre à sa fille Nicole Assélé, de lui faire parvenir des «explications » sur sa démarche et la pertinence de celle-ci sous huitaine. 

    Résolu à remettre de l’ordre dans la maison, le premier responsable du CLR a en outre demandé à ce que les installations des coordonnateurs soient suspendues « jusqu’à ce qu’une concertation ait lieu afin de calibrer les discours et assurer la représentativité du parti à ces cérémonies qui désormais, apparaissent comme un spectacle individuel et narcissique des organisateurs ».

    A noter que « les Assélé » père et fille n’en sont pas à leurs premières passes d’armes. Il y a en effet quelques mois, dans une note intitulée « Mise à mal de l’unité et l’intégrité du parti », l’ancien commandant en chef de la Police nationale avait demandé l’annulation de certaines décisions prises sans son aval. Nicole Assélé après une sortie de son père, demandant au président actuel  de laisser le pouvoir, avait désavoué son père pour sa position sur l’état de santé du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.  

    Laissez votre commentaire

    Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
    Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
    Global Media Time Gif 2px
    Bestheinfusion