Gabon: Issoze Ngondet garant de la continuité de l’Etat

Emmanuel Issoze Ngondet et Ali Bongo Ondimba © D.R

Après la décision prise par la Cour constitutionnelle d’autoriser le vice-président à présider un Conseil des ministres, l’opinion se questionne désormais non seulement sur l’opportunité d’une telle décision mais plus particulièrement sur le bon fonctionnement des institutions. Ainsi, bien que cette « pirouette » de la haute juridiction tende à fragiliser l’Etat de droit, le premier ministre semble désormais être le seul rempart de la bonne continuité de l’Etat.

Cette position résulte tout d’abord de la légitimité qu’il tire de la Constitution. En effet, l’article 28 alinéa premier de la Constitution dispose que « Le gouvernement conduit la politique de la nation, sous l’autorité du président de la République; il dispose, à cet effet, de l’administration et des forces de défense et de sécurité ». Il est donc avec le chef de l’Etat le garant du bon fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat.

D’ailleurs, au plus fort de la polémique née de l’annonce de l’hospitalisation du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba au King Fayçal Hospital de Riyad, il avait donné des assurances sur la stabilité du pays. « L’État fonctionne, les engagements pris par le gouvernement et par les plus hautes autorités, sur le plan national ou diplomatique, seront respectés », assuraitt-il  le 29 octobre dernier.

Une position qui depuis lors reste constante et qui selon de nombreux observateurs atténue quelque peu les craintes né de l’absence du président. Loin d’être alarmiste, il tient la barque en dirigeant l’action du gouvernement sans changer de cap.

Autre élément qui concourt à rassurer l’opinion, c’est la bonne tenue de l’administration publique dont il est le premier responsable. Mieux, la décision de la Cour, même si elle donne lieu à une levée de boucliers au sein du landerneau politique, elle vient conforter le rôle de premier plan d’Emmanuel Issoze Ngondet, qui conformément aux nouvelles dispositions décidées par la haute juridiction aura pour mission « d’assurer la continuité de l’Etat et du service public, ainsi que le fonctionnement régulier du gouvernement ».

Laissez votre commentaire