Gabon: installation d’un système de télésurveillance à la prison centrale de Libreville

Gabon Gabonmediatime 13 (34)
Edgard Anicet Mboumbou Miyakou devant les écrans de la vidéosurveillance © Gabonactu.com

Le ministre de l’Intérieur, de la Justice, garde des Sceaux, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou a effectué ce mardi 09 juillet une visite à la prison centrale de Libreville. Objectif, faire le constat de la livraison des travaux du nouveau système de télésurveillance et de la nouvelle clôture de l’établissement pénitentiaire, rapporte L’Union. 

GABON LIBREVILLE

S’il existe un établissement symbole de la vétusté au Gabon c’est bien la prison centrale de Libreville. Longtemps critiquée pour son faible suivi des conditions de vie des détenus, pour l’usage des produits interdits notamment les téléphones portables ainsi que la consommation de drogue de tout genre, elle se dote aujourd’hui d’un dispositif de sécurité « ultra renforcé ». 

En effet, un nouveau système de télésurveillance comprenant 16 caméras à infrarouge qui va permettre de « balayer l’ensemble des angles de la prison » a été mis en place. En outre, la partie arrière de la barrière qui s’était écroulée en avril 2013 a également été refaite avec l’appui technique de la PME Sogad BTP. Tout un dispositif qui permettra dorénavant de surveiller les détenus de la prison centrale de Libreville 24/24. 

Il faut noter que ce renforcement rentre dans le cadre d’un programme que souhaite poursuivre le ministre de la Justice. « Nous sommes dans un programme pour sécuriser davantage les lieux de détention. Il fut un moment comme vous le savez nous avons fait une opération de fouille […] Aujourd’hui, nous pensons qu’avec ce système de surveillance, ces problèmes peuvent être résolus », a déclaré Edgard Anicet Mboumbou Miyakou.  

 Toutefois l’initiative semble louable et considérant le nombre criard des détenus dans ce centre pénitentiaire, la question de sécurité au sein de la prison de Libreville a t-elle été résolue? Les conditions de vie des détenus vont t-elles s’améliorer ? Quid de la construction d’un autre centre de détention? Autant de questions qui devraient interpeller le ministre de tutelle afin d’offrir aux détenus un cadre plus humain.

Lise Bivigou

Laissez votre commentaire