mercredi,19 janvier 2022
AccueilA La UneGabon: imbroglio autour de la condamnation d'Alain Ba Oumar

Gabon: imbroglio autour de la condamnation d’Alain Ba Oumar

Ecouter cet article

Si la presse locale s’était empressée de lier la récente condamnation d’Alain Ba Oumar, président de la Confédération patronale gabonaise (CPG), à un supposé résultat d’un audit de la Task force sur la dette intérieure, à la lumière des informations recueillies par Gabon Media Time (GMT) et dont les sources ont requis l’anonymat, il n’en serait rien. En effet, le jugement prononcé en sa défaveur est plutôt issu d’un contentieux avec Pierre Duro autour du délit de « faux et usage de faux » tranché par le Tribunal correctionnel de Libreville.

Un an d’emprisonnement avec sursis assorti d’une amende d’un million FCFA à verser au Trésor public, c’est la peine prononcée par le Tribunal correctionnel de Libreville dans l’affaire opposant le Français Pierre Duro au puissant homme d’affaires gabonais Alain Ba Oumar. Statuant en premier ressort, ladite juridiction a reconnu le président de la Confédération patronale gabonaise, coupable de « faux et usage de faux ».

Une décision que l’avocat du mis en cause entend attaquer devant la Cour d’appel de Libreville. Surtout, qu’il pourrait s’agir, selon des sources proches de l’intéressé, « d’un règlement de comptes de l’homme d’affaires qui chercherait en vain à imputer le tort au président de la plus importante confédération patronale dans notre pays ». Dans le cadre d’un autre dossier opposant les deux ex-partenaires datant de 1996 portant sur la société IG Telecom, Pierre Duro avait été débouté le vendredi 17 septembre 2021, par le Tribunal de commerce de Libreville sur toutes les demandes formulées. 

Dans ce contentieux, Pierre Duro avait même été condamné à verser à Alain Ba Oumar la somme de 15 millions FCFA au titre des dommages et intérêts pour action malicieuse, c’est-à-dire pour l’avoir abusivement assigné en justice. Sapristi ! On est donc loin des ragots érigés en vérité aussi solide qu’une château de sable, ventilés dans l’opinion pour semer le flou autour de l’affaire qui oppose les deux ex-partenaires.

De la nécessité de déconstruire le flou dans cette affaire

Dans cette affaire jugée devant la chambre correctionnelle du Tribunal de première instance judiciaire de Libreville, le plaignant, n’est autre que Pierre Duro, expert-judiciaire et chef de fil de la Task force sur la dette intérieur et le défendeur, Alain Ba Oumar président de la CPG, tous les deux anciens partenaires dans l’entreprise IG Telecom. L’affaire n’a pas été portée devant la justice gabonaise par l’Agence judiciaire de l’Etat encore moins par le ministère public, seules institutions habilitées à défendre les intérêts de l’Etat. Il s’agit en réalité d’une affaire strictement privée pour laquelle le contentieux n’est pas encore totalement vidé.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop