lundi,18 octobre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: il tire sur un être humain qu’il confond à un singe...

Gabon: il tire sur un être humain qu’il confond à un singe à Ndjolé

Ecouter cet article

Antoinette. N, Gabonaise d’une cinquantaine d’années a été criblée de balles par Oyane.N le jeudi 8 juillet dernier à Ndjolé, chef-lieu du département de l’Abanga-Bigné. Le jeune homme aurait confondu la victime à une bête, rapporte le quotidien L’Union dans sa livraison du vendredi 16 juillet 2021.

Selon le quotidien L’Union, les faits se seraient déroulés le jeudi 08 juillet 2021 à Ndjolé, chef-lieu du département de l’Abanga-Bigné au quartier TP Angouma. Ce jour-là, Oyane.N est à son domicile lorsqu’un ami l’appelle et l’informe de ce qu’un singe est en train de se déplacer sur un arbre. Le chasseur sans perdre un instant prend son arme de type calibre 12 et se rend au lieu indiqué. 

Une fois sur place, le chasseur est rejoint par deux amis et trouve finalement l’animal. Oyane.N se positionne et tire et ouvre immédiatement le feu. La cible s’écroule au pied d’un arbre. Sauf qu’en se rapprochant, fort est de constater qu’il ne s’agit pas d’un signe mais d’une personne, notamment Antoinette.N. La victime assise au pied de l’arbre est criblée de balles à la hauteur du visage et baigne dans une mare de sang. 

Pris de panique, les trois hommes alertent les voisins, parmi lesquels le père du chasseur qui s’empresse de mettre la victime dans son véhicule et la conduit au Centre médical de Ndjolé pour les premiers soins. Mais au vu de la gravité de ses blessures, Antoinette.N a été évacuée vers Lambaréné mais ses jours ne sont pas menacés. Alertés, les éléments de la brigade de gendarmerie de Ndjolé ont procédé à l’interpellation d’Oyane.N dans le cadre de l’enquête préliminaire.

Le chasseur imprudent a été placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Lambaréné. Selon une source proche du dossier, Oyane.N comparaîtra le 22 août prochain. S’il est reconnu coupable, le jeune homme risque de trois mois à cinq ans de prison et une amende de 24.000 à 1.000.000 de FCFA conformément aux dispositions de l’article 246 du code pénal.

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Enami Shop