Gabon: Il se fait braquer par les amis de sa conquête rencontrée sur Facebook

Gabon Gabonmediatime Pavé Saint Georges Nzeng Ayong Libreville
Pavé Saint Georges au quartier Nzeng Ayong © D.R.

Un jeune homme de 35 ans a été braqué puis dépouillé par deux individus le samedi 23 novembre 2019 non loin du quartier dit « pavés saint-georges », un sous quartier de Nzeng-Ayong dans le 6e arrondissement de Libreville. Selon l’intéressé, le guet-apens aurait été orchestré par sa conquête rencontrée sur le réseau social Facebook avec qui il avait convenu d’un premier rendez-vous galant


« La quête de l’amour est une voie risquée » a énoncé Gary Chapman dans son best-seller « les 5 langages de L’amour ». Pour ainsi dire, le coeur suit l’élan de la passion. C’est à cet appel qu’un jeune Gabonais a voulu répondre en allant au premier rendez-vous avec sa conquête qu’il a rencontrée sur Facebook. Selon le concerné, qui a requis l’anonymat, c’est sur Facebook qu’ils se sont croisés et virtuellement aimés au point de vouloir concrétiser leur idylle.

C’est alors que tout fraîchement entré en possession de sa paie mensuelle, le jeune homme va être invité par la jeune fille chez elle. Un appel qui trouvera assentiment puisqu’il accepta le rendez-vous. Comme dit l’adage « Pourquoi remettre à demain ce qui peut être fait aujourd’hui ?». Le rendez-vous est pris pour 20 heures à Saint-Georges dans le 6eme arrondissement de Libreville où résiderait la jeune fille.

Seulement, arrivé au lieu de rencontre, deux individus surgissent et prétendent être envoyés par la demoiselle. Après vérification, le jeune homme se rend compte que c’est bien sa correspondante qui les a mandatés. Ensemble ils cheminèrent quand tout à coup, «  l’un deux a sorti le couteau et m’a contraint à les suivre dans une broussaille. Où ils m’ont dépouillé de mon portefeuille ainsi que de ma chaussure », a-t-il raconté aux agents du commissariat de Nzeng-Ayong.

Le jeune homme n’aura la vie sauve que grâce à l’arrivée inopinée de jeunes sortant en groupe. Depuis ce jour, la jeune fille est injoignable et sa page inactive sur facebook. Un énième cas de délinquance aujourd’hui dématérialisée qui devrait inciter les utilisateurs de ces réseaux sociaux à la prudence car un sourire rencontré peut devenir un couteau accepté.

Laissez votre commentaire