Gabon: Il risque deux mois de prison pour avoir assommé son locataire à l’aide d’un gourdin

Une bagarre entre un bailleur et son locataire finit devant le tribunal. Tout serait parti du refus du dernier cité en l’occurence Félix Obinna Uche qui aurait refusé de libérer la chambre qu’il occupait alors qu’il avait promis le faire le 5 août 2019 écoulé. Un refus qui aurait, au final, tourné au pugilat avec son bailleur Yann Boris Tchyvandji Soka, qui lui infligera une blessure au niveau de la tête. 

Selon le récit du quotidien L’Union, le locataire qui avait été sommé de libérer la chambre qu’il louait, aurait refusé de s’exécuter provoquant ainsi l’ire de son bailleur. Celui-ci, irrité par les réponses de son locataire aux allures de défiance, aurait choisi de lui faire libérer les lieux par la force en sortant ses affaires. Excédé par cette intrusion, Félix Obinna Uche aurait roué de coups Yann Boris Tchyvandji qui en se défendant en retour, lui aurait occasionné des blessures au niveau de la tête. 

« Au moment de prendre le deuxième sachet d’effets, il s’est mis à la porte pour m’en empéché , puis il m’a tenu par le cou et a commencé à me frapper. Ensuite, il a pris un objet qui trainait par là et me l’a lancé, j’ai esquivé. Il a pris un autre bâton dehors qu’il m’a lancé, j’ai encore esquivé. C’est alors que ramassant le premier objet qu’il m’avait lancé, je l’ai frappé et il s’est blessé à la tête». a témoigné à la barre, Yann Boris Tchyvandi. « Je n’ai fait que me défendre des coups qu’il me portait lorsque je voulais faire sortir ses effets de la chambre » a-t-il ajouté.

Le plaignant qui s’en est sorti avec une incapacité temporaire de travail de 10 jours, était inscrit aux abonnés absents. Lors de cette audience, il aurait dû livrer sa version des faits ainsi que les circonstances réelles de la bagarre. 

Poursuivi pour coups et blessures volontaires, le procureur de la République a requis en son encontre 2 mois de prison et une amende de 200 000 Fcfa. Son conseil a par ailleurs sollicité pour son client, des circonstances atténuantes car selon lui, même si les éléments légal et matériel sont constitués, l’élément intentionnel ne l’est pas. « Mon client n’a fait que se défendre. Malheureusement il y a eu blessure » a-t-il confié. Il sera fixé sur son sort le 24 septembre prochain. 

Laissez votre commentaire