dimanche,1 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon : Ike Ngouoni en garde à vue à la DGR

Gabon : Ike Ngouoni en garde à vue à la DGR

Arrêté le jeudi 21 novembre 2019 par des agents de la Direction générale des services spéciaux (DGSS), le conseiller spécial porte-parole de la présidence de la République, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, serait désormais gardé à vue à la Direction générale des recherches (DGR) au Camp Roux. Une garde à vue qui semble avoir été prolongée puisque le délai de 48 heures a largement été dépassé.

Le conseiller spécial, porte-parole de la présidence de la République, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, proche de Brice Laccruche Alihanga, serait gardé à vue depuis son arrestation par des agents de la DGSS. Une garde à vue qui semble avoir été portée à 8 jours puisque plus de 48 heures après son arrestation, il n’a toujours pas regagné son domicile. 

LIRE AUSSI : Gabon : Olivier N’Zhaou confirme les gardes à vue de directeurs généraux membres de l’Ajev 

En effet, selon l’article 66 alinéa premier du nouveau Code de procédure pénale (CPP) en matière « de délit de flagrance, la durée de la garde à vue ne peut excéder 48 heures. Elle peut être prolongée d’un nouveau délai de 8 jours au plus par décision écrite du procureur de la République ». C’est certainement dans ce cas de figure que se situe le porte-parole de la présidence de la République. 

A travers un communiqué de presse, un collectif d’avocats a dénoncé le mercredi 20 novembre dernier l’immixtion de la Direction générale des services spéciaux dans des enquêtes en cours menées contre des directeurs généraux d’entreprises publiques et parapubliques telle que la CDC, la CNAMGS et la GOC ainsi que de hauts responsables membres de l’Association des jeunes émergents volontaires. 

LIRE AUSSI : Gabon : le Colonel Makaga Maguga nouveau patron du B2 

L’arrestation par la Direction générale des services spéciaux du conseiller spécial, porte-parole de la présidence de la République, Ike Ngouoni Aila Oyouomi, qui serait désormais en garde à vue au Camp Roux, à la Direction générale des recherches démontre la coordination entre les deux services dans la mise en exécution de l’opération « Scorpion ». Ne reste plus qu’à attendre que ces derniers soient entendus par le nouveau procureur André Patrick Roponat de Libreville pour qu’ils soient fixés sur leur sort. 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion