mardi,24 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon : Ian Ghislain Ngoulou, faiseur de rois du Palais présidentiel ?

Gabon : Ian Ghislain Ngoulou, faiseur de rois du Palais présidentiel ?

Le Chef de l’Etat a t-il tiré les enseignements de ses dernières années d’exercice? C’est la question à laquelle se pose une bonne partie de l’opinion au regard des rumeurs fondées ou pas qui émanent du Palais du bord de mer. Alors qu’il a souvent fait face à un procès d’intention sur la qualité et le choix de ses hommes, le numéro un gabonais devrait une énième fois se heurter à cet écueil, devant les prétendues présomptions de pouvoir affublées au Directeur de cabinet de Noureddin Bongo Valentin, le dénommé Ian Ghislain Ngoulou, lequel serait au coeur des nominations à la présidence de la République. 

Le clientélisme et le favoritisme ont de beaux jours devant eux en République gabonaise. Cela sonne presque que comme une évidence. Après que des faits eurent montré avec clarté que l’actuel Premier ministre Chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale, avait dans le gouvernement et l’administration fait la part belle aux membres de sa sa famille et plus précisément de son clan les « Essibekang », l’hebdomadaire l’Aube nous apprend dans sa parution du Lundi 20 janvier 2020  n°268, que le directeur de cabinet de Noureddin Bongo Valentin, Coordinateur général des affaires présidentielles, un certain Ian Ghislain Ngoulou se serait lui aussi engagé dans une démarche similaire à celle de l’homme fort de Ntoum en nommant de façon fantaisiste à des postes de responsabilité sans tenir compte « des susceptibilités sociologiques de notre Nation si densément diversifiée ». 

Soutenus selon l’Aube par les anciens collaborateurs à polémique d’Ali Bongo que sont Maixent Accrombessi Nkani, Liban Soleman auxquels vient s’ajouter Arsène Envahou, le nouveau faiseur de rois  serait à l’origine du remplacement de Christian Philippe Nyambi Ndoutou du reste cadre du Parti démocratique gabonais par Maurice Dikongo à la présidence du conseil d’administration de Gabon Oil

Dans le même sillage, « Dany De Klerk a pris les rênes de la société des patrimoines ; Jean Sylvain Mandza, directeur général des Mines ; Pierre Wilfried Pissa Tchambo, ancien intendant de la structure Mayena de Noureddin Bongo Valentin, est bombardé DG de la SGEPP en remplacement de Ludwine Oyeni Amoni »  pouvait-on lire dans L’Aube. Le cas le plus symptomatique de cette mainmise à outrance pour ce nouveau collaborateur de Noureddin Bongo Ondimba, reste « la nomination comme ministre des Hydrocarbures de son frère de sang Vincent de Paul Massassa ». 

L’« Union » première valeur de notre devise est un élément sur lequel a souvent insisté le président de la République chef de l’Etat Ali Bongo ondimba. « Le Gabon est un et indivisible » a t-il martelé à l’occasion de ses nombreux discours à la Nation. Ces nominations claniques et foncièrement partisanes ne sont pas de nature à favoriser notre vivre ensemble, mieux, elles condamnent sans cesse le Chef de l’Etat à subir les critiques de l’opinion sur le choix de ses collaborateurs. 

Hier Maixent Accrombessi Nkani, Liban Soleman en passant Brice Laccruche Alihanga ou Nkoghe Bekale, aujourd’hui la clameur populaire l’accuse d’avoir donné le pouvoir à un trio pré-pubère composé de Noureddin Bongo Valentin, Mohamed Ali Sallou et Jessy Ella Ekogha. Pas donc de quoi rendre service à Ali Bongo Ondimba.  

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion