Gabon: Houangni Ambouroue fait le point des chantiers du secteur des hydrocarbures

Ce jeudi 04 avril, le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures, Pascal Houangni Ambouroue était face à la presse nationale et internationale pour faire le point des réformes engagées par son département ministériel. Occasion pour ce dernier d’édifier un peu plus l’opinion sur l’adoption du projet de loi portant Code des hydrocarbures, qui devrait permettre de rendre ce secteur plus attractif pour les investissements, mais aussi sur les mécanismes de fixation des prix des produits pétroliers.


Devant les hommes et femmes de médias, le membre du gouvernement a tenu à faire le point de l’état d’avancement des dossiers en cours au sein de son département ministériel, notamment celui sur le projet de loi portant Code des hydrocarbures en République gabonaise, le mécanisme de fixation des prix du carburant à la pompe ou encore le roadshow effectué à l’international qui a permis de présenter aux investisseurs le potentiel du bassin sédimentaire gabonais.

Abordant la question de l’adoption du projet de loi réglementant le secteur des hydrocarbures,  Pascal Houangni Ambouroue a expliqué la nécessité de réfléchir sur la mise en place d’un nouveau cadre face à la morosité du secteur qui n’a enregistré aucune signature de contrat depuis 2014. Il était donc question pour le gouvernement de réfléchir à un « nouveau cadre juridique économiquement viable, en termes de négociation beaucoup plus souple », soulignant que ce travail a permis de présenter à l’Assemblée nationale « un code plus flexible en termes de fiscalité et plus souple en termes de négociation ».

Il a tenu d’ailleurs à rassurer sur le fait que ce nouveau cadre juridique a été élaboré en concertation avec les acteurs du secteur pétrolier et répond davantage à leurs attentes. La dernière étape sera donc celle de la chambre haute du parlement en l’occurrence le Sénat qui devra définitivement valider ce texte ambitieux.

D’ailleurs, évoquant l’ambition nourrie par son departement ministeriel, il a rappelé que dans le cadre de la promotion du bassin sédimentaire gabonais, ce sont 35 Blocs pétroliers maritimes qui ont été mis récemment aux enchères, notamment « 23 en offshore profond, 12 en offshore conventionnel ». Lors du roadshow qu’ont effectué ses équipes dans des pays tels que le Brésil, le Canada, la Russie, la Guinée Equatoriale, l’Inde la Grande-Bretagne, les Etats-unis ou encore la Chine, ce sont 24 sociétés qui ont clairement manifesté leur intérêt, dont 18 pour des blocs en offshore peu profond et 6 en offshore profond et ultra profond.

Pascal Houangni Ambouroue lors de la présentation du mécanisme de fixation des prix des produits pétroliers

En outre, le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures a tenu à édifier l’opinion sur les mécanismes de fixation des prix des produits pétroliers qui, comme il l’a souligné, font l’objet de subvention pour en réduire le coût. « Les prix de vente des produits pétroliers sont calculés régulièrement par la commission nationale des produits pétroliers. Ces prix sont calculés sur la base des cours internationaux », a-t-il relevé.

Dans la foulée, il a annoncé l’arrêt de subventions de certains liquides blancs, notamment le gasoil et l’essence. « Pour continuer la démarche sociale de l’Etat, nous avons pensé qu’il était important de garder le gaz et le pétrole lampant, qui sont des produits de consommation importante pour les ménages », a-t-il indiqué.

Laissez votre commentaire