Gabon: le gouvernement supprime plusieurs agences et sociétés nationales

Les membres du Gouvernement en Conseil des ministres sous la présidence de Pierre-Claver Maganga Moussavou © D.R

Aux termes du communiqué final du premier Conseil des ministres tenu ce vendredi 16 novembre 2018, en l’absence du président de la République, toujours en convalescence à Riyad en Arabie Saoudite, présidé par le Vice-président Pierre-Claver Maganga Moussavou, le gouvernement a entériné la suppression de plusieurs agences et sociétés et fonds nationaux.

Ces décisions qui s’inscrivent dans le cadre des résolutions de la task force sur les finances publiques ont amené les membres du gouvernement sous la présidence de Pierre-Claver Maganga Moussavou à dissoudre la Société nationale du logement social (SNLS) par voie de Fusion-Absorption au profit la Société nationale immobilière (SNI).

Au ministère de l’Energie, le gouvernement a entériné la suppression de l’Agence nationale de sûreté et sécurité nucléaire et a transféré certaines de ses missions à la Direction générale de l’Environnement, d’une part, et à la Direction générale de la Sûreté et sécurité nucléaire, d’autre part.

Même son de cloche au ministère de l’Agriculture de l’Elevage, chargé du programme Graine où le  l’Autorité de régulation des produits agricoles du Gabon (ARPAG) a été supprimée et ses missions ont été transférées à la Direction générale de l’Agriculture.

Au ministère des Eaux et forêts, de l’environnement et du développement durable, deux structures ont été supprimées. Le Fonds forestier dont les missions ont été transmises à l’Agence d’exécution des activités de la filière forêts-bois (AEAFFB) et Commission nationale de développement durable dont les missions ont été attribuées au Conseil national climat.

Au ministère de la Pêche et de la Mer, le Conseil des ministres a entériné la suppression de l’Agence nationale des pêches et de l’aquaculture et a transféré ses missions de protection et de surveillance à l’Agence nationale de la préservation de la nature (ANPN). Ses missions de régulation quant à elles ont été transférées à la Direction générale de la protection de la nature.

Selon le communiqué final du Conseil des ministres, tous les agents permanents de l’Etat concernés par ces fusions et suppressions sont remis à la disposition de leurs administrations d’origine. La gestion de tous les agents régis par le Code du travail se fera conformément aux lois et règlement en vigueur.

Plusieurs autres agences pourraient subir le même sort lors des prochains Conseils des ministres conformément aux résolutions de la task force sur les finances publiques. Le but du gouvernement est d’équilibrer les finances publiques et ainsi diminuer le train de vie de l’Etat. Selon certaines sources ces mesures engendreront des économies estimées à près de 3 milliards de Fcfa.

Laissez votre commentaire