lundi,26 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: le gouvernement menace Yama de poursuites judiciaires

Gabon: le gouvernement menace Yama de poursuites judiciaires

Dans une  déclaration en direct sur Gabon 1ère, ce 3 juillet 2019, le ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou a condamné les propos de Jean Remy Yama sur le décès d’Ali Bongo Ondimba. Le membre du gouvernement  a prévenu que le président de Dynamique unitaire s’exposait à des poursuites pénales pour propagation de fausses nouvelles et trouble à l’ordre public.

Après la visite des hommes lourdement armés à son domicile, le président de la centrale syndicale Jean Remy Yama a eu droit à une menace de poursuites judiciaires du ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou ce mercredi 3 juillet 2019. Le membre du gouvernement n’y est pas allé par quatre chemins.

« Tout en affirmant l’engagement de notre pays à garantir la liberté syndicale et la libre expression, il n’en demeure pas moins que celles-ci sont légalement encadrées ; l’attitude ainsi affichée par Monsieur Jean Rémy Yama l’expose à des poursuites pénales pour propagation de fausses nouvelles », a déclaré le ministre de l’Intérieur sur Gabon 1ère.

Pour le Garde des Sceaux, la déclaration du leader syndical est sans fondement et dénote d’une volonté manifeste de créer le trouble et la confusion dans l’esprit des populations. Il ajoute, par ailleurs, que la sortie de Jean Remy Yama « vise à susciter une certaine psychose auprès de nos partenaires au développement et incidemment à affecter l’environnement des affaires, l’ordre public et la cohésion sociale ».

En outre, le ministre de l’Intérieur tente de rassurer l’opinion nationale et internationale sur le fonctionnement régulier des institutions de la République. Il  en veut pour preuve « l’agenda de travail particulièrement chargé ces derniers temps de Son Excellence Monsieur le Président de la République, chef de l’État, Ali Bongo Ondimba ».

Cependant, il semblerait que le gouvernement ne soit pas au fait de l’actualité. Ce d’autant plus que la sortie de Jean Remy Yama n’est pas la première du genre. En effet, le collectif « Appel à Agir » continue sa tournée dans la capitale en exigeant la déclaration de la vacance du pouvoir. Récemment, le président du Mouvement de redressement national (Morena), Luc Bengone Nsi a déclaré que le directeur de cabinet du président de la République était dans une « forme de précampagne », ce qui signifierait qu’Ali Bongo Ondimba « n’est plus en vie ».

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion