jeudi,1 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: gel des activités des internes en médecine pour contester l’accusation de...

Gabon: gel des activités des internes en médecine pour contester l’accusation de viol d’un des leurs 

C’est en réponse au placement en détention préventive d’un étudiant en médecine en service au Centre hospitalier universitaire d’Owendo (CHUO) au service gynécologie accusé de tentative de viol sur une patiente enceinte, que les médecins internes du Gabon ont annoncé un mouvement d’humeur effectif depuis ce matin, mercredi 5 août 2020.  Un mouvement qui prendra la forme d’un gel complet des activités des internes, y compris les stages au sein de toutes les structures hospitalières de l’ensemble du territoire national.    

C’est par le biais d’une communication émanant du Bureau des internes du Gabon (BIG) parvenue à la rédaction de Gabon Media Time que ces étudiants en fin de cycle ont décidé d’exprimer leur mécontentement quant à la stigmatisation et au traitement dont ils font l’objet depuis quelques semaines, amplifiée en cela par l’arrestation et le placement en détention préventive d’un de leurs collègues, accusé d’avoir tenté de violer une femme enceinte pendant une consultation. 

Dans l’objectif de se faire entendre, ces médecins internes ont ainsi décidé, ce mercredi 05 août 2020 d’une « journée morte sur l’ensemble du territoire national avec un gel complet des stages sans service minimum et ce pour une durée de 24H ». C’est donc un mouvement d’humeur isolé de ceux conventionnellement connus comme les marches ou regroupements choisi dans le but de respecter « l’interdiction de manifester toujours en vigueur en raison de la pandémie qui secoue actuellement notre pays », ont-ils précisé. 

Cela dit, la tenue de cette journée morte implique un certain nombre de faits et la réalité que les médecins internes du Gabon par le canal de leur association ont tenu à expliciter. Cette manifestation suppose ainsi « une absence totale des internes dans toutes les structures hospitalières du mercredi 05 août 2020 à 07h00 au jeudi 06 août 2020 à 08h00 », ont-ils précisé. 

Par ailleurs, le Bureau des internes du Gabon a annoncé la tenue très prochaine d’un « marathon administratif auprès des autorités de l’université puis des responsables des structures hospitalières », pour mettre à nu certaines questions liées au traitement des internes dans les différentes structures hospitalières et le laxisme des médecins titulaires dont la responsabilité n’a étrangement jamais été soulevée dans cette affaire de tentative de viol présumée.  

Il est dit selon des informations qui nous parviennent de plusieurs internes, qu’une consultation de cette forme doit nécessairement se réaliser en présence d’un médecin titulaire qui supervise le travail de l’étudiant en médecine fusse-t-il en fin de cycle. Or, il semblerait que le médecin titulaire résidant était absent de cette consultation. Pourquoi ? Où était-il ? Comment se fait-il par exemple, que des internes fassent des gardes de plus 72 heures d’affilé

Ce sont là des questions qui seront certainement soulevées dans le cadre du marathon administratif qu’ils vont engager. A noter que le Bureau des internes du Gabon a annoncé le « début effectif des activités de l’avocat et du règlement intégral de ses honoraires en rapport avec la défense de notre collègue », pour l’heure toujours en détention préventive. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt

padding-top : 20px;