Gabon: Frédéric Massavala renvoyé à la barre le 30 mai prochain

Frédéric Massavala membre de la CNR © GMT

Le feuilleton judiciaire de l’opposant Frédéric Massavala se poursuit et n’en finit pas. Appelé à répondre des accusations qui pèsent sur lui, l’ancien porte-parole de la Conférence des présidents des partis de la Coalition pour la Nouvelle République était à la barre ce jeudi 16 mai 2019 à la Cour d’appel de Libreville. Cette dernière a renvoyé le délibéré pour le 30 mai prochain.



Ce jeudi 16 mai 2019, Frédéric Massavala est passé devant les juges de la Cour d’appel. Celui qui était accusé de « provocation à un attroupement non armé par discours proférés publiquement, instigation à un attroupement non armé, instigation aux actes de manoeuvre de nature à provoquer des troubles », n’a pas pu être jugé comme prévu. Le président des juges a décidé de renvoyer son délibéré au 30 mai prochain.

Malgré la requalification des faits qui lui sont reprochés, faisant de lui désormais un simple participant et non plus l’auteur, Frédéric Massavala pourrait être condamné à 5 ans de prison lors du procès du 30 mai prochain, assortis de deux ans avec sursis, et une amende de 600 000 francs Cfa pour participation à un attroupement non armé. Ses avocats espèrent néanmoins que leur client sera libéré au cours de sa  prochaine comparution.

Pour rappel, Frédéric Massavala avait été placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville le 8 septembre 2017. Il était alors accusé d’avoir surchauffé et incité les manifestants à investir, sans autorisation administrative, l’espace public et la rue à travers une marche.

Laissez votre commentaire