Gabon: Françoise Assengone Obame lance les travaux de l’atelier sur les traités d’investissement

Ce mardi 23 juillet 2019 au siège de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI), a débuté un atelier de formation sur les traités d’investissements. Lancé officiellement par la ministre délégué auprès du ministre de la Promotion des Investissements, des Partenariats publics privés chargé de l’amélioration de l’environnement des affaires Françoise Assengone Obame, cet atelier abordera plusieurs thèmes dont le Régime international des investissements étrangers. 


Eu égard à l’importance que revêt l’investissement pour le développement économique d’un pays comme le nôtre, un atelier national de formation sur les traités d’investissements, a été ouvert ce mardi 23 juillet au siège de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI). Ainsi, l’objectif de ces séances de travail, est de « renforcer les capacités techniques des cadres gabonais en matière de négociation de traités d’investissement ».

En effet, officiellement lancé par la ministre délégué auprès du ministre de la Promotion des Investissements, des Partenariats publics privés chargé de l’amélioration de l’environnement des affaires Françoise Assengone Obame, qui n’a pas manqué de rappeler qu’ils « s’inscrivent dans la vision stratégique du Gabon à travers la valorisation de l’environnement des affaires », ces échanges se tiendront jusqu’au 25 juillet prochain. 

Dirigées par le Dr Suzy Nikièma conseillère en Droit international pour le programme Droit et Politique Économique de l’Institut International de développement durable (IISD), et le Pr Makane Moïse Mbengue, les échanges tourneront autour du Régime international des investissements étrangers. Outre ce régime, les questions du Champ d’application des traités, des Obligations de non-discrimination, des Éléments de libéralisation économique, d’analyses des traités d’investissement du Gabon seront évoqués. 

Rappelant que ces « traités de protection et de promotion des investissements ont été signés par des pays en développement comme le Gabon », Suzy Nikièma n’a pas manqué de rappeler qu’à l’heure actuelle « ces traités n’ont guère d’effets qui permettraient de relever les défis du développement durable, malgré quelques innovations prometteuses ».

Laissez votre commentaire